Partager :

Une organisation à but non lucratif qui vise à accroître la participation des Arabes dans le secteur du high-tech s’est associée aux chefs des autorités locales arabes pour établir un plan quinquennal de 800 millions de NIS afin de porter le nombre d’ingénieurs arabes à 20 000 d’ici cinq ans.

La stratégie, élaborée en collaboration avec la société de conseil Deloitte, sera présentée au gouvernement dans les semaines à venir, a déclaré Sami Saadi, le PDG de l’association à but non lucratif Tsofen, par téléphone. « Il s’agit d’une mission nationale, qui vise à stimuler l’industrie technologique en Israël et à créer des zones de croissance autour des villes arabes et des espaces de travail conjoints judéo-arabes. »

Si le gouvernement accepte de financer le projet, comme espéré, l’investissement pourrait augmenter le PIB d’Israël de quelque 5 milliards de NIS, a déclaré Tsofen, car il permettrait de mobiliser les citoyens arabes, actuellement largement sous-représentés dans le secteur technologique israélien, et de les faire participer à la manne de l’innovation. L’idée est que le gouvernement débourse l’argent et que les autorités locales, en collaboration avec les ministères, les écoles et les universités concernés, le fassent fructifier.

L’objectif du programme est de faire passer le nombre d’ingénieurs de 8 000 à 20 000 aujourd’hui, et d’augmenter le salaire moyen par ménage dans le secteur arabe de 10 912 à 17 000 NIS en cinq ans.

Times of Israel (Copyrights)
Partager :