Partager :

Ayant subi de nombreuses défaites sur le plan judiciaires grâce au combat mené par la diplomatie israélienne et des organisations pro-israéliennes, le BDS tente de changer de cap et de tactique pour combattre l’Etat d’Israël.

Asher Friedman, chercheur au Jerusalem Center for Public Affairs (JCPA ou en français CAPE), a réalisé une étude montrant que les organisations de boycott, BDS en tête, tentent désormais d’agir au moyen de coopérations politiques dans les Etats où ils agissent. La lettre adressée cette semaine au State Department par quatre représentantes démocrates à la chambre des Représentants à propos de la loi de souveraineté en est un exemple. Asher Friedman a découvert que derrière cette lettre se trouvaient des organisations liées au BDS et même à des organisations terroristes reconnues. Le BDS agit de plus en plus auprès de ministres, parlementaires et même face à des conseils municipaux dans le but d’accentuer le boycott de l’Etat juif.

Le chercheur reconnaît que « les organisations de boycott se perfectionnent et deviennent de plus en plus sournoises dans leur objectif d’amener à des décisions anti-israéliennes ». Elles ont également élargi leur définition des « implantations juives » en Judée-Samarie afin d’inclure dans le boycott de nombreuses institutions ou entreprises israéliennes ou étrangères qui ne sont liées qu’indirectement à ce qui se passe en Judée-Samarie.

La perspective d’extension de la loi de souveraineté ainsi que les mouvements de révolte à bases raciales qui se multiplient ont encore renforcé la motivation anti-israélienne du BDS et de ses tentacules, notamment en Europe et dans les campus américains, où ils tentent d’établir des parallèles dangereux et de monter les minorités contre Israël.

https://lphinfo.com/le-bds-change-de-tactique/

Partager :