Partager :
Bonne journée à tous nos auditeurs de Radio J. 
Trois firmes, trois secteurs et « Israel Startup Nation » :
Question 1. Être sauvé de la noyade. Une startup israélienne. Présentez nous « Sight »?
Question 2 : Cannabis Médical. Présentez nous « Panaxia Labs Israel » ?
Question 3 : Route et électricité. Présentez nous «  Electreon » ?
A. QUESTION 1. Une Start-Up israélienne au nom de « Sight » a mis au point une caméra intelligente capable de repérer dans l’eau une personne en train de se noyer ou présentant un comportement à risque.

On innove dans la sécurité des baigneurs avec une intelligence artificielle qui assiste les maîtres nageurs-sauveteurs, notamment à la plage et dans les bases de loisir.  On parle beaucoup des piscines, mais la majorité des noyades (44%) ont lieu à la mer.  Et pour cause : il est extrêmement difficile de surveiller toute une plage. Il faut avoir les yeux partout et suivre des centaines de personnes en même temps.

Bonne nouvelle, les sauveteurs vont pouvoir s’appuyer sur une caméra intelligente.  Elle va utiliser de l’analyse d’image et de l’analyse comportementale pour suivre individuellement ce que fait chaque personne. Du coup, elle sera capable de repérer quelqu’un qui a une crampe et qui panique.

Quelqu’un qui est allé trop loin et qui a du mal à revenir. Ou tout simplement, un enfant qui nage tout seul. Le sauveteur reçoit alors une alerte sur son écran de contrôle. Et il peut zoomer sur la scène, pour décider si oui ou non il faut intervenir.  L’objectif n’est donc pas de remplacer les maîtres-nageurs. Mais de leur donner des yeux supplémentaires et les prévenir avant qu’un problème n’arrive.

C’est déjà en service sur des plages ? Cela commence tout juste. C’est Sight, une startup israélienne, qui l’a mis au point. Donc la première installation a été faite près de Tel-Aviv sur la plage de Palmachim.  Depuis, ils sont en contact avec plusieurs villes, notamment en France, sur la côte Atlantique, parce que leur système est capable de détecter les baïnes. Ce sont des courants très violents qui se produisent avec la marée et qui emportent même les nageurs les plus expérimentés.  C’est pourquoi il est recommandé de se baigner uniquement dans les zones surveillées.

B. QUESTION 2. CANNABIS MEDICAL. Panaxia Labs Israel, Ltd. est une société cotée à la Bourse de Tel-Aviv. Il s’agit du plus grand fabricant et distributeur à domicile de produits à base de cannabis médicinal, et le premier à avoir reçu l’approbation du ministère israélien de la Santé pour la fabrication de produits pharmaceutiques à base de cannabis médicinal (en vertu de la directive IMC-GMP).  La société fabrique plus de 30 produits médicinaux à base de chanvre et a accumulé un large socle d’expériences cliniques basées sur des dizaines de milliers de patients.
Panaxia fait partie du groupe Segal Pharma, détenu par la famille Segal et fondé il y a plus de quarante ans.  La société fabrique plus de 600 produits pharmaceutiques différents qui sont distribués dans plus de 40 pays à travers le monde. Panaxia Labs Israel est une filiale de Panaxia Pharmaceutical Industries.  Elle a été créée par le Dr Dadi Segal, le Dr Eran Goldberg et Assi Rotbart, LL.b., et constitue la division cannabis du Groupe Segal Pharma.
Une filiale soeur, Panaxia US, fabrique en Amérique du Nord plus de 60 produits médicinaux à base de chanvre, dont des comprimés sublinguaux, des pastilles, des huiles et des inhalateurs destinés au traitement de maladies telles que le TSPT, le cancer, la douleur chronique, l’épilepsie, l’anorexie, les brûlures et bien d’autres maladies. Panaxia Group compte plus de 150 employés, et tous les essais cliniques sont menés par ses membres.
Le groupe Segal Pharma possède également Luminera Derm, qui fabrique des produits injectables de comblement dermique, et Tree of Life Pharma, qui fabrique des médicaments vendus sans ordonnance.  (Source Le Lezard)
C. ROUTES & ELECTRICITE . Question 3.
Depuis 2013, Electreon, au départ sous le nom de ElectRoad, s’active au développement de la mobilité électrique afin de réduire la pollution de l’air dans les villes. Farouchement convaincus que les professionnels, comme les taxis ou entreprises de messagerie, n’ont pas à immobiliser leurs véhicules devant des bornes, les dirigeants de l’entreprise israélienne se sont lancés dans le développement de solution de recharge par induction dès 2015.Fruit d’une coopération avec l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, une Zoé a été adaptée à cette technologie, et un essai en situation réelle a été réalisé en septembre 2019 sur un tronçon de 20 mètres.

Désormais, Electreon effectue des expérimentations avec des poids lourds, aussi bien en Israël qu’en Suède.  Ayant validé que sa solution de bobines noyées dans l’asphalte supporte les températures extrêmes, l’humidité ainsi qu’un trafic intense, l’entreprise travaille actuellement sur son principal objectif qui est de mettre en service des lignes de bus équipés pour la recharge sans fil.  Elles constitueraient alors les premières portions de route à être vraiment exploitées de la sorte.En août prochain, un tronçon de 2 kilomètres sera équipé de 600 mètres de bobines à Tel-Aviv.  En septembre suivant, c’est sur l’île suédoise de Gotland que les 4 kilomètres qui séparent l’aéroport du centre seront adaptés en vue d’y faire circuler des navettes électriques adaptées à la recharge par induction.  La feuille de route initiale a pris un peu de retard en raison de la crise sanitaire du Covid-19. (Source Avem)
Partager :