Partager :

Un groupe de scientifiques de l’Université Ben Gourion du Néguev (BGU) a développé une méthodologie pour tracer le virus du SRAS-CoV-2 (ou Covid-19) à travers les réseaux d’égouts et d’eaux usées.

Ils ont déjà identifié que le Covid-19 passait par les excréments dans les eaux usées dans une première phase de prélèvements. Cependant, personne n’est encore sûr que le virus reste contagieux dans les eaux usées. De plus, si leur nouvelle méthodologie s’ajoute aux tests de dépistage réguliers des eaux usées, elle pourrait être utilisée pour déterminer l’étendue de l’épidémie actuelle et devenir un système d’alerte précoce pour les épidémies futures.

Esther Amar, fondatrice d’Israël Science Info rappelle que, par ailleurs dans le monde, « plus d’une douzaine de laboratoires analysent les eaux usées à la recherche du COVID-19 et ont détecté des particules du virus aux Pays-Bas, aux États-Unis, en Suède. »

Après avoir analysé des échantillons dans des petites et grandes usines de traitement d’eaux usées en Israël et plusieurs autres points dans le pipeline d’eaux usées de la région de Tel Aviv pendant l’épidémie de coronavirus, l’équipe a confirmé la présence de l’ARN du SARS-CoV-2 dans les eaux usées. De plus, ils ont trouvé une concentration plus importante dans la région de Bnei Brak, ce qui correspond à un point chaud d’épidémie. Par conséquent, ils pensent que le dépistage des eaux usées et des eaux usées pourrait donner une meilleure indication de la propagation du virus que les méthodes actuelles.

La prochaine question est de savoir si le virus est toujours infectieux lorsqu’il apparaît dans les eaux usées. Les coronavirus précédents, comme le SRAS, ne pouvaient survivre en dessous de 20°C pendant de longues périodes dans les eaux usées.

https://www.coolamnews.com

 

Partager :