Partager :

ETUDE ISRAELVALLEY. Le concept des bureaux partagés (WeWork à Tel-Aviv entre autres) pourrait avoir du plomb dans l’aile. Payer cher pour être agglutinés dans une ambiance décontractée d’inspiration californienne a certainement beaucoup de charme mais sera-ce encore tendance après cette crise ?C’est la question qui sera traitée demain dans IsraelValley. (Photo de l’ex-patron de WeWork)

SELON LE JDE.

« Des interrogations sont de mises pour de nombreuses habitudes de travail qui risquent d’avoir un impact direct sur les choix immobiliers des professionnels. Le télétravail a montré son potentiel. Les limites qui sont aussi apparues semblent aisées à traiter par des moyens techniques qui permettront de sécuriser les échanges autant que de pointer de façon précise les temps de télétravail pour éviter les horaires à rallonge en contradiction avec les règles de droit du travail en vigueur.

Tout à coup, ce qui semblait un outil indispensable à savoir des locaux calibrés pour une présence régulière d’effectifs est apparu comme nettement plus accessoire. Il est clair que le télétravail a été pour les entreprises un moyen de poursuivre, autant que possible, leurs activités mais il a été aussi, pour les salariés, une agréable surprise, à savoir travailler de chez soi, sans avoir à passer du temps dans les transports en communs ou les embouteillages ».

Partager :