Partager :

Les musulmans se rendent généralement dans les sanctuaires ottomans de Jaffa pour le culte du soir pendant le mois de jeûne, avant de se déverser dans la vieille ville et de se promener le long de la promenade méditerranéenne.

Mais comme les mosquées sont interdites cette année en raison de la pandémie, les fidèles improvisent : ils se rassemblent dans de grands espaces ouverts et prient devant l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, le troisième site le plus sacré de l’Islam.

Tenant des tapis de prière et portant des masques faciaux, des dizaines de musulmans de Jaffa ont utilisé des places de parking comme repères de distance sociale dimanche soir, alors qu’ils se rassemblaient pour les prières de la Tarawih, tenues chaque nuit après la rupture du jeûne des fidèles.

« Nous voulons sentir que c’est le Ramadan, malgré la pandémie de coronavirus », a déclaré Tarek Ghazi, qui dirige un comité islamique à Jaffa qui a aidé à organiser les prières sur les parkings. Ses membres sont issus de la minorité arabe d’Israël, dont la plupart sont musulmans.

Les bénévoles du comité ont revêtu des gilets réfléchissants et se sont tenus le long du périmètre du parking pour s’assurer que les fidèles se tenaient à une distance de sécurité les uns des autres, conformément aux ordres du gouvernement israélien et un imam récitait des versets du Coran par un haut-parleur. A Jérusalem, les fidèles musulmans ont pris les rues de la vieille ville pour prier aussi près que possible du complexe de la mosquée Aqsa, où l’interdiction de prier en mars a été prolongée pour tout le mois du Ramadan.

Dans une année normale, des milliers de Palestiniens et de pèlerins étrangers se rassemblent à l’intérieur et autour des sanctuaires sacrés du complexe, construits sur le site où les musulmans croient que le prophète Mahomet est monté au ciel.

« Je suis impuissant à cause de cette maladie », a déclaré Abu Belal Abu Senanah, un habitant de la vieille ville, alors qu’il priait à l’extérieur de la sainte esplanade, également vénérée par les Juifs comme le site des temples bibliques.

Jérusalem et d’autres villes en Israël et dans les territoires palestiniens ont des sites qui sont sacrés pour le judaïsme, le christianisme et l’islam, et les trois religions ont pris des précautions contre le coronavirus.

Source : Reuters & Israël Valley

Partager :