Partager :

UN ARTICLE REMARQUABLE PUBLIE PAR LE TIMES OF ISRAEL (Copyrights). Israël devrait mettre fin à toutes les restrictions relatives au coronavirus et rouvrir le pays aux voyages internationaux, selon une équipe de recherche de l’Université hébraïque qui comprend un épidémiologiste éminent et deux professeurs en finance.

Ils ont passé en revue les statistiques du monde entier et ont conclu dans une étude récemment publiée que si des mesures de confinement sont nécessaires à Londres, New York et dans divers autres endroits, Israël n’a pas besoin de confiner les gens dans des maisons ou d’impo

Bien que les chercheurs reconnaissent que sans ces restrictions, le nombre de morts en Israël aurait été plus élevé, même de manière significative, ils pensent qu’il serait resté dans des limites raisonnables, tout en protégeant l’économie de dommages considérables.

« Le but de cette publication n’est pas de critiquer ce qui a été fait », a déclaré au Times of Israel le professeur David Gershon, économiste à la Jerusalem Business School de l’Université hébraïque. « Ce n’est pas politique, mais cela soulève la question de savoir pourquoi nous sommes toujours dans un semi-confinement. Pourquoi fermons-nous les cimetières le jour de Yom HaZikaron ? Cela révèle une réaction excessive ».

Ils affirment que rétrospectivement, Israël aurait dû adopter une approche similaire à celle de la Suède sans confinement, malgré le coût humain. La population de la Suède n’est que légèrement supérieure à celle d’Israël, mais elle a enregistré 11 fois plus de décès dus au COVID-19 jusqu’à présent – 2 274 (399 dans un état grave) contre 208 en Israël.

Alors que la Suède a refusé le confinement et fait appel à la distanciation sociale volontaire, Israël a mis en place des mesures strictes, punies par des amendes, pour lutter contre le coronavirus. Les écoles et les universités israéliennes ont été fermées le 12 mars, bientôt suivies par la plupart des lieux de travail, et la plupart des Israéliens ont été largement confinés chez eux pendant des semaines.

Les restrictions sont actuellement lentement assouplies, avec la réouverture de nombreux lieux de travail et magasins – dans des conditions très restrictives – et la réouverture partielle des écoles la semaine prochaine, sous réserve de l’accord du gouvernement vendredi.

Mais les responsables de la santé ont averti qu’un retour trop rapide à la normale pourrait voir les taux de contagion grimper en flèche au cours d’une seconde vague de la maladie, potentiellement plus grave. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti qu’une augmentation des cas est possible et pourrait entraîner un retour à la quarantaine.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, a insisté sur le fait que son approche dure était nécessaire et que sans elle, Israël aurait pu finir comme la Belgique, qui a une population légèrement plus importante que celle d’Israël et un nombre de morts de plus de 7 000. Il a déclaré vendredi à un journaliste de la télévision que si les premières tendances en Israël avaient pu se poursuivre, « aujourd’hui, nous aurions plus de 600 000 personnes [malades], plus de 10 000 sous respirateur, et plusieurs milliers de personnes qui auraient perdu la vie ».

Israël compte actuellement environ 15 500 personnes infectées et moins d’une centaine sous respirateur.

)

Gershon a fait valoir qu’Israël a clairement résisté à la tempête, et que la seule ligne de conduite logique est de lever toutes les restrictions. Il a déclaré que tous les secteurs, y compris le tourisme, devraient être rouverts. « Nous ne devrions pas penser que le tourisme est juste une question de plaisir. Il s’agit de la survie des gens qui fournissent des services comme à Eilat, la station balnéaire de la mer Rouge. Si vous voulez qu’Eilat rebondisse, vous devez lui redonner vie ».

Les touristes en provenance du monde entier doivent être accueillis en Israël, mais ils doivent être testés pour le coronavirus à leur entrée et refusés ou mis en quarantaine s’ils sont positifs, selon Gershon. Les Israéliens devraient être invités à rester vigilants en matière d’hygiène et à continuer la distanciation sociale. S’ils y sont obligés, une petite proportion de faux résultats négatifs à l’aéroport ne compromettrait pas la santé des Israéliens, a-t-il dit, arguant : « Tant que la population se comportera de manière responsable, même si quelques nouveaux arrivants sont porteurs de coronavirus, leur capacité à créer une vague d’infection est très minime ».

L’épidémiologiste Hagai Levine, président de l’Association israélienne des médecins de santé publique et membre de la faculté de l’Université hébraïque – École de santé publique et de médecine communautaire Hadassah Braun, a pris la tête des données sanitaires du rapport. Pour la modélisation, Gershon et son collègue Alexander Lipton, professeur à la Jerusalem Business School, se sont appuyés sur leurs doctorats en physique et sur les années passées à travailler dans la finance. Gershon est l’ancien responsable mondial des actions de Barclays Capital à Londres.

Ils ont étudié les données sur le nombre de décès par COVID-19 à ce jour dans divers endroits, la densité de population, la fréquence des trajets en métro, le nombre de lits de soins intensifs disponibles dans les hôpitaux et la préparation des personnes à modifier leur comportement pendant une pandémie. Les Israéliens se sont montrés très disposés à changer leurs habitudes, ont-ils constaté.

Le message du rapport final, « Comment gérer la pandémie de COVID-19 sans détruire l’économie », contraste fortement avec celui du gouvernement.

Les universitaires admirent particulièrement la Suède, qui, de manière plus que controversée, n’a pas imposé de confinement, a gardé les écoles, les restaurants et les entreprises ouverts et s’est appuyée sur le fait que les gens suivent volontairement les directives pour ralentir la propagation du coronavirus. « Je pense que la Suède a bien fait les choses », a commenté Gershon. « Israël aurait dû faire ce que la Suède a fait. »

Il a déclaré que les décès dus aux maladies sont inévitables et que le seul critère pour évaluer la réaction d’un pays est de savoir si le service de santé risque de s’effondrer. « Si ce n’est pas le cas, nous sommes en sécurité », a-t-il affirmé.

« Si nous mettons la vie d’autres personnes dans le pays d’un côté – non seulement le fait qu’elles restent en vie mais aussi la qualité de vie – et d’un autre côté le nombre de personnes mortes à cause du coronavirus, tirez-en vous-même la conclusion » a déclaré Gershon.

Selon son modèle, sans un confinement total et dans le pire des cas, Israël n’aurait pas utilisé plus de 800 lits de soins intensifs pour les patients COVID-19 à aucun moment, sur une capacité nationale de 2 000 à 3 000 lits de soins intensifs.

Il a déclaré que l’importance principale de son modèle n’était pas de revoir la politique de ces dernières semaines, mais plutôt de faciliter la meilleure prise de décision possible la prochaine fois. Son équipe s’attend à une deuxième vague au début de 2021, et affirme que son modèle peut donner à Israël la confiance nécessaire pour éviter ce qu’il considère comme un confinement inutile.

« Lors de la deuxième vague, il ne faudra pas arrêter l’économie », a insisté Gershon. « Nous devrons réclamer un comportement responsable, mais il n’y aura pas lieu de paniquer. »

Les chercheurs prévoient de mettre leur modèle à la disposition des responsables de la santé du monde entier, afin de les aider à prévoir comment leur pays se comportera lors des futures vagues de coronavirus et autres crises, et d’étudier les mesures à prendre. Il peut être « recalibré pour les futures crises [sanitaires] » même si la menace est différente, a déclaré M. Gershon.

« Nous sommes des scientifiques, pas des politiciens », a-t-il souligné. « Nous avons développé un modèle qui pourra être utilisé si un autre fléau survient, pour que les gens ne lancent pas des modèles trop simplistes. C’est un outil très puissant ».

https://fr.timesofisrael.com

Partager :