Partager :

The Jewish Chronicle et The Jewish News ainsi que le Canadian Jewish News ont récemment annoncé leur fermeture en raison des dommages économiques causés par le coronavirus.

Dans un article sur Facebook, le rédacteur en chef du Jerusalem Post, Yaakov Katz, a tiré la sonnette d’alarme à propos des fermetures de journaux au Royaume-Uni et au Canada.

« Cela devrait servir d’avertissement de ce qui reste à venir », a-t-il déclaré. «Aujourd’hui plus que jamais, le journalisme est nécessaire. Le monde a été frappé par une pandémie – mais sans journalisme, nos gouvernements fonctionnent sans transparence ni responsabilité. Des voix doivent être entendues, des histoires doivent être racontées et, plus important encore, les valeurs démocratiques que nous défendons doivent être défendues. »

Le chercheur Alan D. Abbey écrit dans une étude qu’il a menée sur des journalistes juifs à l’Institut Shalom Hartman de Jérusalem que la première publication reconnue comme journal juif était la Gazeta de Amsterdam en langue ladino, commencée en 1675. Un journal yiddish est apparu cinq ans plus tard, également à Amsterdam – alors l’un des centres de la communauté juive de la diaspora et abritant des juifs ashkénazes et séfarades.

«Une presse juive s’est engagée dans le genre de travail que nous reconnaîtrions aujourd’hui, car le journalisme ne s’est développé que 100 ans plus tard, avec une série de publications en Russie et en Pologne en yiddish et en hébreu», explique Abbey. «Le premier journal américain portant un nom juif, le Cohen’s Gazette and Lottery Register, datant de 1814, était plus une feuille de jeu et de tout qu’un journal. Le premier journal américain destiné à un public juif et écrit pour lui était The Occident de Philadelphie en 1843. »

Partager :