Partager :

La Banque d’Israël rejoint le mouvement. Pour la première fois depuis 2015, le Comité de politique monétaire de la Banque a décidé de réduire ses taux, ramenant le taux directeur de 0,25% à un nouveau plus bas historique de 0,1%. « La crise du coronavirus a stoppé la tendance de la croissance et l’économie est passée en mode contraction », souligne la Banque. « Compte tenu de l’ampleur de l’impact négatif de la crise sur l’activité économique, le Comité utilise une série d’outils afin d’accroître l’étendue de l’accommodement de la politique monétaire ».

Outre la baisse de taux, le Comité a en effet annoncé des mesures supplémentaires pour soutenir les marchés dont des prêts à faible taux à destination des banques et des opérations de rachat avec des obligations d’entreprises acceptées en garantie. (https://www.boursedirect.fr)

LE PLUS. La Banque d’Israël a déclaré que le PIB d’Israël a reculé de 5 % au premier trimestre de 2020, et une croissance négative de 5 % est également prévue pour le trimestre suivant. Le ratio dette/PIB devrait atteindre 75 % en 2020.

La banque centrale a déclaré que si Israël commence à réduire les restrictions d’ici la fin juin, l’économie devrait rebondir et connaître une croissance en 2021. Toutefois, elle a prédit qu’il faudra attendre la fin de 2021 pour que le taux de chômage revienne à son niveau d’avant la crise, soit environ 3,3 %. Selon les chiffres publiés dimanche par l’Agence nationale pour l’emploi israélienne, il y a actuellement 1 050 000 chômeurs dans le pays. Depuis début mars, quelque 887 283 personnes se sont inscrites aux allocations de chômage, dont 89 % sont en congé sans solde, a indiqué l’Agence. (Times of Israel)

Partager :