Partager :

Ce qui s’est passé entre Israël et l’Autorité palestinienne (AP) aux postes frontaliers d’Israël avec la Judée Samarie est unique. Quelque 30 000 Palestiniens ont quitté la Judée Samarie avec des valises, des couvertures et des sacs de couchage, prêts pour un long séjour en Israël. Des permis de séjour en Israël pour la nuit ont été accordés à des dizaines de milliers de travailleurs palestiniens dans le cadre d’un accord conclu entre le ministère palestinien des Finances, avec l’approbation des services de sécurité israéliens et du Bureau de coordination des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) .

Selon cet accord, conclu en réponse au nouveau coronavirus, les travailleurs palestiniens seront autorisés à travailler en Israël à condition qu’ils restent au moins deux mois.  Afin d’empêcher le virus de traverser d’une région à l’autre et d’empêcher sa propagation aux postes frontaliers, ils ne seraient pas autorisés à retourner dans les territoires palestiniens pendant cette période.

L’Union des entrepreneurs en Israël et la Fédération des agriculteurs d’Israël ont promis au ministre des Affaires civiles de l’Autorité palestinienne Hussein al-Sheikh via le COGAT que les travailleurs palestiniens recevraient un logement approprié et que leurs employeurs veilleraient à ce que les conditions sanitaires soient maintenues.

Taiser Abd el-Rahim, qui vit dans la région de Naplouse, a déclaré au site d’information Ynet que s’il a peur d’être infecté par le coronavirus, il n’a pas d’autre choix que de continuer à travailler en Israël.

«Ma famille attend que je leur fournisse de la nourriture», a-t-il expliqué, tout en notant qu’il lui faudrait couvrir de lui-même le coût de son logement. «Peut-être que mon employeur pourrait me trouver un endroit [pour dormir] pour une nuit ou deux ou trois, voire une semaine, mais plus longtemps encore et cela commencera à lui faire des ravages.

En fin de compte, je paierai moi-même pour m’assurer d’avoir un bon endroit pour dormir. Aucun des travailleurs traversant la frontière ne s’en sent bien. Ils sont tous terrifiés par le virus. Il est très possible que dans trois jours, une personne soit infectée par le virus. Ensuite, s’il revient en Judée Samarie, toute sa famille pourrait mourir. »

Source : quoideneufisreal

Partager :