Partager :

EDITORIAL. Israël s’apprête à exploiter une mine secrète de données de téléphones portables. En Israël, tout le monde sait que les Agences de renseignements, sous la houlette du premier Ministre, font ce qu’elles souhaitent. Légal où illégal, peu importe… Seul problème : qui va contrôler l’usage des données? Il est clair que les leaders du Parti Bleu-Blanc (opposition à Bibi) prennent comme hypothèse qu’ils sont sur écoutent… et s’abstiennent de communiquer par téléphone cellulaire.

LE PLUS. SELON ALLIANCE.FR : « Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a autorisé l’agence de sécurité intérieure du pays à puiser dans un vaste et auparavant non divulgué de données sur les téléphones portables pour retracer les mouvements des personnes qui ont contracté le coronavirus et identifier d’autres personnes qui devraient être mises en quarantaine car leurs chemins se sont croisés.

La décision sans précédent d’utiliser les données secrètement collectées pour lutter contre le terrorisme dans les efforts de santé publique a été débattue pendant des heures dimanche par le cabinet du président de M. Netanyahu, qui a été approuvée lundi par la sous-commission des services secrets du Parlement, mais la sous-commission a mis fin à ses discussions après 16 heures. – lorsqu’un nouveau Parlement a prêté serment – sans tenir de vote.M. Netanyahu a ensuite déclaré que le gouvernement approuverait lundi soir une réglementation d’urgence qui autoriserait l’utilisation des données pour une période limitée de 30 jours, avec l’autorisation du procureur général. « Israël est une démocratie », a déclaré M. Netanyahu ».

Partager :