Partager :

Exercice de combat franco-israélien : Rafale contre F-16I

Trois Dassault Rafale de l’Aéronavale ont participé à un exercice de combat aérien avec trois F-16I dans le sud d’Israël.

Des pilotes de l’Aéronavale “se sont entraînés aux côtés de l’armée de l’air israélienne dans le cadre d’un exercice conjoint axé sur le combat aérien”, rapporte “The Times of Israël” qui poursuit : “l’exercice a eu lieu dans le ciel du sud d’Israël. L’exercice comprenait des combats aériens à trois contre trois, avec un groupe de pilotes – « l’équipe rouge » – chargés d’effectuer une attaque aérienne tandis que le second groupe – « l’équipe bleue » – essayait de les arrêter”. Trois Rafale de Dassault Aviation ont donc participé à l’exercice, volant dans le sud d’Israël, lancés depuis leur porte-avions au large des côtes.

Les pilotes israéliens, du 107e escadron aérien, ont piloté des F-16I qui ont décollé depuis la base aérienne d’Ovda, au nord d’Eilat”, poursuit “The Times of Israël” qui cite le capitaine “Ayin” de la Force aérienne israélienne. « Cela nous a permis de voler à la fois avec eux et contre eux, en essayant toutes les options », a-t-il déclaré. Cela a également obligé les pilotes participants à communiquer dans une langue commune : l’anglais.

Ayin a déclaré que cela était parfois difficile pour les pilotes israéliens, qui sont moins habitués à travailler en anglais que leurs homologues français, qui le font plus régulièrement dans le cadre de leur formation et de leurs opérations au sein de l’OTAN.

“Vous ne pouvez pas être coincé à réfléchir à la façon de traduire un mot pendant cinq, sept secondes, car après cinq, sept secondes, la situation a changé », a expliqué Ayin par téléphone. Afin de se préparer à l’exercice, ce dernier “et ses collègues pilotes se sont entraînés à utiliser les expressions et les termes anglais dont ils prévoyaient avoir besoin”.

« Environ 70 % des échanges sont des messages que vous savez que vous allez devoir dire, comme ‘je lance un missile‘ », a-t-il déclaré. « Nous les avons donc passés en revue, un par un, dans différentes situations. De cette façon, la communication est plus fluide”. D’autant que les pilotes israéliens et français ne se sont jamais rencontrés en personne avant l’exercice, bien qu’ils se soient parlés au téléphone“, a déclaré le capitaine “Ayin” au “The Times of Israël”.

“Il a déclaré que cela ajoutait une dimension de mystère à la formation. Vous ne savez pas qui pilote le mieux, qui pilote le moins bien, ni ce qu’ils feront. Vous arrivez dans l’exercice sans aucune idée de qui fait partie de votre équipe et contre qui vous volez“. En se lançant dans un exercice sur une « page blanche », les pilotes devaient supposer que ceux de l’autre pays étaient de premier ordre, a déclaré M. Ayin. « Vous ne pouvez pas supposer que le pilote est dans la moyenne, sinon il vous abattra », a-t-il dit.

air-cosmos.com

Partager :