Partager :

Pourquoi mange-t-on de la Matsa à Pessah ? La Tora présente la Matsa comme le « Le ‘hem oni », le pain de misère (Dévarim 16,3). En effet, la consommation de Matsa lors de Pessah rappelle les temps de détresse où les Egyptiens nourrissaient leurs esclaves de ce pain de misère.
Paradoxalement, ce pain symbolise la libération d’Egypte, car dès l’accord des Egyptiens, le peuple d’Israël est sorti immédiatement au matin du 15 Nissan, avec précipitation et ainsi le pain préparé au moment de la libération n’a pas eu le temps de lever.
Le sens ambivalent de la consommation de Matsa à Pessah retrace fidèlement les événements historiques : nous étions esclaves jusqu’à la moitié de la nuit de la sortie d’Egypte et libres à partir de l’autre moitié.
D’autres raisons peuvent être associées à la consommation de Matsa à Pessah. Certains disent que la composition de la Matsa, de farine et d’eau, sans aucun adjuvant ni levain, représente la simplicité et la pureté. Ainsi, la consommation de Matsa, représente spirituellement un affranchissement du monde matériel en s’attachant uniquement aux valeurs essentielles. A ce titre, la Matsa symbolise donc la libération. C’est pour cela que le peuple d’Israël en a consommé dès ses premiers instants de liberté.
Est-ce obligatoire de consommer de la Matsa à Pessah ?
L’obligation de consommer de la Matsa porte uniquement sur le premier soir de la fête de Pessah, en dehors de la Terre d’Israël, on doit donc en consommer les deux premiers soirs. Il n’est pas obligatoire de consommer de la Matsa les autres jours de la fête.
Cependant, puisque le levain (‘Hametz) est strictement interdit à la consommation pendant l’ensemble de la fête, on consomme de fait de la Matsa pour remplacer le pain et accomplir les repas de fête des 8 jours de Pessah.
Les soirs des sedarim, il est obligatoire de consommer de la Matsa « Léchem Mitsva », au nom de la Mitsva. Nous devons ainsi avoir la « Kavana », l’intention de manger cette Matsa dans le but d’accomplir la Mitsva de consommer de la Matsa.
Il existe plusieurs types de Matsot industrielles, pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?
En effet, dans les commerces nous trouvons différents types de Matsot industrielles. Globalement, nous pouvons les regrouper en trois catégories : les Matsot traditionnelles, les Matsot « 18 minutes » et les Matsot « Chemourot ».
Les Matsot traditionnelles sont composées exclusivement de farine de blé (farine surveillée par le Beth-Din depuis la mouture du blé) et d’eau. Les machines industrielles qui produisent les Matsot subissent un nettoyage complet toutes les 90 minutes.
Les Matsot « 18 minutes » ont la même composition que les Matsot traditionnelles, cependant le nettoyage complet des machines intervient toutes les 18 minutes.
Les Matsot « Chemourot » sont composées de farine de blé Chemoura (surveillée par le Beth-Din depuis la moisson du blé) et d’eau. Pour ces Matsot également, le nettoyage complet des machines est effectué toutes les 18 minutes. Ce type de Matsa est particulier. En effet, depuis la récolte du blé, la préparation de cette Matsa est réalisée « Léchem Mitsva », avec l’intention que cette Matsa soit utilisée pour accomplir la Mitsva de consommation de Matsa. On choisira donc obligatoirement de la Matsa « Chemoura », pour accomplir la Mitsva de Matsa lors des sédarim tandis que pour le reste de la fête on pourra consommer toutes sortes de Matsa.
Il existe encore une autre sorte de Matsa, la Matsa « Achira », autorisée à la consommation durant Pessah uniquement pour les séfaradim. Cette Matsa est composée de farine de blé et de vin ou de jus de fruits à la place de l’eau. Cette Matsa ne peut être utilisée lors des sédarim.
http://www.cibr.fr/nodeorder/term/1/%C2%AB-une-mitsva-de-consommer-de-la-matsa-pessah-%C2%BB
 

Partager :