Partager :

Concernant le plan de paix américain sur lequel Donald Trump n’a donné aucune précision, mais qui se prépare depuis deux ans à la Maison Blanche, et devrait être dévoilé dans les semaines qui suivront les élections du 9 avril, Benyamin Netanyahou a dit ignorer les détails de ce « deal du siècle ».

« Je ne sais pas quel plan sera proposé mais Trump est notre ami, il s’est retiré de l’accord nucléaire iranien, il a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, reconnu le plateau du Golan » a rappelé M. Netanyahou précisant cependant, que « je ne renoncerais pas à mes principes et j’espère qu’ils seront inclus dans ce plan ».

Mais « je suis différent de la gauche », a-t-il encore insisté, « eux pensent que le meilleur moyen d’obtenir quelque chose est de baisser la tête, ils ne savent pas dire non », a-t-il accusé.

« Si vous n’êtes pas capable de dire non, vous deviendrez une petite province d’Asie, or nous avons transformé le pays en un pouvoir mondial, global, parce que nous savons dire oui quand il faut mais nous savons aussi dire non ».

« Moi je nai rien donné, et jai reçu », s’est-il vanté.

Violences à Gaza

« Ce que Gantz et Lapid doivent comprendre c’est que ce qu’il s’est passé à Gaza ne doit pas se répéter en Cisjordanie », a-t-il expliqué, faisant allusion au retrait unilatéral israélien de l’enclave palestinienne.

« S’il est nécessaire de conquérir Gaza, on le fera », a-t-il affirmé, « mais avec toutes les difficultés, il n’y a pas eu un seul Israélien tué depuis le regain des violences », a-t-il constaté.

« Je veux agir de la manière la plus mesurée parce que je ne veux pas faire couler le sang des fils des familles israéliennes en vain », a-t-il dit ajoutant que tout ceux qui me critiquent n’ont jamais proposé quelque chose de différent ».

Source : i24News (Copyrights)

Partager :