Partager :

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Régulièrement, on peut trouver sur les réseaux sociaux des selfies et autres photos d’internautes, se mettant en scène en équilibre sur les rails de l’ancien camp de concentration ou souriant, prises sur le site d’Auschwitz, ce qui suscite l’indignation.
Le 20 mars, le mémorial d’Auschwitz, qui gère ce lieu de mémoire, les a relayées sur Twitter, accompagnées d’un texte cinglant. Il tient à préciser qu’il n’était ni contre les photos du lieu, ni contre les selfies sur le site. « Les selfies font partie du langage visuel d’aujourd’hui, et les gens l’utilisent souvent sans vouloir manquer de respect, mais parfois cela peut être offensant et blessant »
Pour l’institution, « prendre des photos est important »« C’est comme cela que les gens documentent leurs visites, se souviennent des endroits. Ils montrent les images à d’autres et racontent leur expérience. » Le mémorial renvoie d’ailleurs à son propre compte Instagram, sur lequel il partage des images du lieu et des photos d’archive.
La question des selfies et autres photos « légères » prises dans des lieux de mémoire n’est pas nouvelle, ni cantonnée à Auschwitz et elle se retrouve dans d’autres lieux tragiques, comme Oradour-sur-Glane.
Un projet artistique lancé en 2017, Yolocaust, dénonçait ce phénomène à l’aide de montages chocs. Son auteur, l’Israélien Shahak Shapira, a récupéré des photos de touristes prises au mémorial de la Shoah à Berlin, et a découpé les personnages pour les intégrer dans des images d’archive montrant des cadavres de personnes déportées. Après la mise en ligne du projet, les touristes en question, dit-il sur son site« ont compris le message, ont présenté leurs excuses et ont décidé de supprimer les selfies de leurs comptes Facebook et Instagram ».
Pour ces personnes inconscientes de la portée symbolique du lieu, il s’agit moins d’utiliser Auschwitz pour communiquer une image de soi que de communiquer une émotion liée au lieu. C’est une norme de présentation de soi.
Source : Le Monde & Israël Valley

Partager :