Partager :

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. La prison d’Otisville, dans l’État de New York, constitue une rareté dans le système carcéral fédéral.
Le camp, qui se trouve près de la prison principale d’Otisville, est un centre de détention à sécurité qui compte une population d’environ 120 détenus, y compris des trafiquants de drogue et d’autres criminels de la rue ayant un bon casier judiciaire.
Mais la plupart des détenus sont juifs – dont beaucoup sont orthodoxes et hassidiques – et beaucoup sont médecins, avocats, comptables et hommes d’affaires qui ont commis des fraudes.
Ils peuvent faire appel à un rabbin à temps plein qui supervise une congrégation de dizaines de détenus juifs qui se réunissent trois fois par jour pour des services de prière. L’établissement propose aussi des repas casher, des cours de religion et des services hebdomadaires du Shabbat.
Un officiel de la prison a déclaré qu’il n’y a jamais de problème pour atteindre un minyan, le quorum d’au moins 10 Juifs nécessaires pour célébrer les services.
Les détenus orthodoxes portent des gilets à franges appelés zizit sous leur uniforme vert de prison. Les quarts de travail en prison sont organisés autour des séances de prière quotidiennes et des célébrations du sabbat. Avant de nombreuses vacances, les hommes sont emmenés en bus de la prison vers une ville voisine pour des bains traditionnels de mikvah.
Même si les conditions de vie sont très clémentes ; Otisville reste une prison (lever à 6 h tous les matins pour le comptage des détenus, aucun droit, aucune intimité). La pratique de la foi aide à survivre et de nombreux détenus donc connaissaient parfaitement le Talmud, aidés par et des rabbins qui y sont en détention.
Cet endroit attire certaines célébrités et Michael Cohen, ancien conseiller de Donal Trump a demandé d’y être incarcéré. Mais Bernie Madoff a vu sa demande refusée, car seuls ne peuvent entrer que les détenus ayant des peines de moins de 10 ans.
Source : The New York Times & Israël Valley
 

Partager :