Partager :
Angela Merkel et Emmanuel Macron ont signé mardi un nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande, et envoyer un message de soutien à la construction de l’Union européenne, au moment où elle est affaiblie par la montée des nationalismes.
Le texte, paraphé en fin de matinée à Aix-la-Chapelle en Allemagne, à quatre mois des élections européennes, suscite la controverse en France, où les extrêmes à droite comme à gauche y voient une perte de souveraineté nationale et un alignement de leur pays sur Berlin.
Le traité « de coopération et d’intégration franco-allemand » doit « compléter » celui dit de l’Élysée signé en 1963 entre le Général de Gaulle et Konrad Adenauer, qui concrétisa la réconciliation franco-allemande après la guerre.
Il prévoit une convergence des politiques économique, étrangère et de défense des deux pays, une coopération sur les régions transfrontalières, ainsi qu’une « assemblée parlementaire commune » composée de 100 députés français et allemands.
« C’est un moment important pour montrer que le couple franco-allemand est un socle qui peut se relancer (…) au service du renforcement du projet européen », fait valoir la présidence française. « On n’est jamais allé aussi loin en matière de défense » commune.

Clause de défense

Les deux pays vont adopter « une clause de défense mutuelle » en cas d’agression, sur le modèle de celle prévue au sein de l’OTAN. Ils pourront déployer des moyens ensemble en cas d’attaque terroriste ou coopérer sur les grands programmes militaires, à l’image de leurs projets sur les chars ou les avions de combat.
« L’Allemagne et la France entendent continuer à faire avancer les choses ensemble en Europe », a estimé samedi Angela Merkel. Emmanuel Macron et Angela Merkel prononceront tous deux un discours dans la prestigieuse mairie d’Aix-la-Chapelle, ville où l’empereur Charlemagne avait installé sa cour, avant de participer ensemble à un « débat citoyen » avec des étudiants des deux pays.

Le traité est signé par deux dirigeants fragilisés: Angela Merkel se prépare à laisser son poste à l’automne 2021, et Emmanuel Macron fait face à la crise des « gilets jaunes ».
Paris et Berlin ont par ailleurs affiché plusieurs divergences, qu’il s’agisse du budget de la zone euro ou de la taxation des « Gafa », les géants du numérique, sur lesquels ils ont conclu des accords a minima, très en deçà des ambitions françaises. Les deux gouvernements ont aussi des divergences en matière de politique d’exportation d’armement.
« Nous sommes confrontés à une crise existentielle de l’intégration européenne, avec le Brexit et la poussée attendue des forces nationalistes aux prochaines élections européennes. Dans ce contexte, affirmer qu’on croit à la coopération franco-allemande a valeur de symbole », commente la politologue Claire Demesmay, de l’institut de recherche allemand DGAP, sur la radio publique allemande.

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/193691-190122-macron-et-merkel-signent-un-traite-franco-allemand-au-ton-pro-europeen

Partager :