Partager :

Les médias libanais ont rapporté samedi que le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a été hospitalisé après avoir subi une crise cardiaque. D’autres reportages ont indiqué que Nasrallah luttait également contre le cancer. Selon le journaliste libanais Jerry Mahar, cité par Israel Hayom, « une source du renseignement a confirmé qu’un haut responsable de l’organisation du Hezbollah était aujourd’hui hospitalisé dans un hôpital de la capitale, Beyrouth, et d’autres sources ont confirmé qu’il s’agissait du cheikh Hassan Nasrallah, qui lutterait contre le cancer depuis des années. »
Les reportages n’ont été confirmés par aucune source officielle au Liban et le Hezbollah n’a pas répondu à ce reportage. Personne n’a vu Nasrallah dans les médias depuis l’annonce de la mise à jour des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Bouclier du Nord. (Source : israelnationalnews.com)
Hassan Nasrallah est né le dans le quartier de Bourj-Hammoud (Beyrouth-Est). Aîné d’une famille de neuf enfants, son père, Abdel Karim, épicier de son état, est membre du Parti social nationaliste syrien.
Nasrallah commence ses études à l’école publique de Sin el-Fil, un quartier où cohabitent chrétiens et musulmans à l’est de Beyrouth, ce qui lui permet de faire la connaissance de chrétiens libanais. En 1975, lorsque la guerre civile éclate au Liban, sa famille est obligée de retourner dans leur village d’origine, Bazourié, proche de la ville de Tyr (Sud). C’est là qu’il décide de rejoindre le mouvement Amal (« Espoir »), une organisation chiite politique et paramilitaire.
Il étudie la théologie dans la ville de Nadjaf en Irak pour devenir ecclésiastique. L’imam Mohammed Bakr al-Sadr, fondateur du parti ad-Daawa, lui présente l’étudiant libanais Abbas Moussaoui avec qui il se lie d’amitié. À partir de 1978, l’intensification de la répression du gouvernement de Saddam Hussein à l’encontre des religieux chiites l’oblige à rentrer au Liban.
Officiellement, Nasrallah vit aujourd’hui avec sa femme et ses trois enfants : son aîné, Hadi, a été tué alors qu’il combattait l’armée israélienne au Liban sud à Jabal al-Rafei, en 1997.

Partager :