Partager :

Jean Michel de Alberti : « Rares sont les villes balnéaires à pouvoir afficher sur le sable une telle diversité sociologique : gays, femmes voilées, communauté orthodoxe, jeunes ravers et retraités ultra-bronzés fixent le même horizon bleuté. Le pouvoir d’attraction du rivage est tel que tous les acteurs de la ville se doivent d’y être présents. Le prestigieux musée des Arts de Tel-Aviv s’est lancé l’année dernière dans une grande campagne promouvant l’art à la plage.

 Des reproductions de chefs-d’oeuvre issus de ses collections ont été placées près de la mer pour attirer les visiteurs. Idem pour la municipalité, qui organise chaque année sur la plage de Metzitzim de nombreuses activités pour les familles. Une salle de classe les pieds dans le sable a été inaugurée cet été, destinée aux visiteurs qui souhaitent apprendre les rudiments de l’hébreu. Familles éthiopiennes, jeunes Russes, travailleurs chinois et philippins, ayant immigré plus récemment, ont, eux aussi, conquis leur bout de plage, une pause méritée face à la frénésie urbaine.

Cette attraction balnéaire remonte à loin. La photographe Gillian Laub cite en préambule à son travail le romancier Sholem Asch, qui écrivait, dès 1937: « Chaque juif a deux requêtes à faire auprès de Dieu: dans l’au-delà, trouver une place au paradis et, sur terre, une place sur la plage à Tel-Aviv. » Poser sa serviette face à la mer n’est cependant pas le plus compliqué: des quartiers devenus hype de Jaffa à ceux, plus résidentiels et chics, du nord, le choix est vaste ».
http://www.lexpress.fr/tendances/voyage/embruns-festifs-a-tel-aviv_1954978.html

Partager :