Partager :
Un article de David Duquesne (Figarovox) qui fait le point sur le Dossier Merah.


Alors que se joue actuellement le procès d’Abdelkader Merah, frère du fameux faux «loup solitaire» de Toulouse et de Montauban, il faut saisir cette opportunité médiatique pour faire le bilan des cinq dernières années. C’est un doux euphémisme d’affirmer que ce procès bénéficie d’une couverture médiatique insuffisante.

Ce procès arrive après 5 ans de déni et de communication mensongère dans les médias par les politiques, mais aussi par les rédactions qui ont joué une propagande dangereuse en refusant de relater le réel de peur peut être de faire le jeu du FN. Il y a une chaîne de production idéologique solidement installée sur notre territoire et tout est fait pour ne pas la remettre en cause.

Les attentats qui ont suivi ne sont que la suite logique d’un processus qui suit son cours et qui ira en s’aggravant puisque rien n’est fait pour s’attaquer aux causes de ces violences, qui sont le résultat d’un islam identitaire fort au sein de ce qu’on appelle, depuis 2002, les territoires perdus de la République. Il y a une chaîne de production idéologique solidement installée sur notre territoire et tout est fait pour ne pas la remettre en cause, on assiste ainsi à des communications de diversions pour nous tenir à distance du réel qui fâche.
DÉNI COUPABLE DE LA CLASSE POLITIQUE ET MYTHOLOGIE DOUTEUSE
L’affaire Merah est symptomatique d’un déni coupable qui mine la classe médiatico-politique depuis près de 25 ans, sur une réalité désagréable, gênante et qui va à l’encontre d’un terrorisme intellectuel entretenu dès le milieu des années 80.
Depuis l’émergence du FN au début des années 80, s’est construite une mythologie douteuse qui a fait voler en éclat l’assimilation républicaine dans notre pays et cela concerne les dernières populations arrivées en France qui étaient issues du regroupement familial, ou de l’immigration en provenance des pays à majorité musulmane. L’arabe, le nord africain, le musulman d’origine maghrébine était le nouveau juif, toute volonté de dénoncer les difficultés d’intégration et d’assimilation était interprétée comme une volonté cachée de commettre un holocauste.
La rhétorique haineuse du Front National à cette époque fut brandie en épouvantail face à tout questionnement légitime sur ce sujet épineux. A partir du moment où le FN confisquait certaines thématiques, il n’était plus possible d’en parler sans être. A l’insécurité culturelle et physique s’est ajoutée l’insécurité intellectuelle de peur d’être assigné à la fachosphère qui peut entraîner une mort sociale. A l’insécurité culturelle et physique s’est ajoutée l’insécurité intellectuelle de peur d’être assigné à la fachosphère qui peut entraîner une mort sociale.

Parallèlement à la mise en place de ce bouclier immunitaire s’est constitué le développement d’une contre société au sein du pays dans les banlieues communautarisées. Cela s’est traduit par la mise en place de valeurs culturelles normatives venant des pays d’origine, qui subissent depuis le début des années 80, une offensive idéologique des théocraties du golfe.
Cette offensive s’est illustrée par l’arrivée des paraboles qui transportaient dans leurs programmes un autre mode de vie, d’autres valeurs culturelles qu’on retrouve dans de nombreuses banlieues, mais aussi des conflits politiques. La venue en nombre de prédicateurs de théocraties arabes permettait de prendre le contrôle des centres religieux des quartiers.
L’Algérie, par exemple fut confrontée à cette offensive, et après avoir vaincu par les armes l’islamisme, est en train de perdre la guerre idéologique en ayant cédé aux salafistes afin de préserver la paix sociale. C’est ainsi que nous avons vu débarquer en 1989, le fameux voile à Creil alors que le FIS avait pénétré le cœur de la population algérienne en partant des universités. La nature des régimes arabes et nord africains a beaucoup aidé la propagation de l’islam politique, cet islam littéraliste qui veut appliquer les textes tels qu’ils étaient appliqués dans le monde musulman à l’époque des califes.
En effet dans ces pays, même si leurs leaders autoritaires combattaient les religieux trop ambitieux, ont été mis en place des programmes scolaires où le religieux identitaire, la haine des juifs et d’Israël ainsi que la rancœur contre les ex-colonisateurs se partageaient des parts de marché considérables très populaires dans l’opinion publique arabe et nord africaine. Ces normes identitaires, revanchardes ont été importées chez nous par divers canaux, et il a été facile pour les islamistes d’en ramasser les fruits mûrs. Ces normes identitaires furent non seulement des obstacles à l’intégration de nombreux enfants issus de cette immigration mais qui plus est, pouvaient les préparer mentalement à la radicalisation islamiste.

REFUS DE L’ALTÉRITÉ.

Les crimes de Merah, en pleine campagne présidentielle, ont jeté l’effroi dans l’opinion publique à l’époque, et tout le monde s’attendait à voir désigner comme meurtrier un identitaire proche du FN. Personnellement j’étais dans le doute car je ne voyais pas un identitaire blanc s’attaquer à des hommes en uniformes servant la France.

Je n’ai guère été étonné quand on a découvert l’identité du tueur au scooter, je me suis dit «voilà on y est», car fort de mes observations et vécus personnels, et alarmé par le travail du collectif autour de Georges Bensoussan avec les fameux «territoires perdus de la république», je m’attendais à une explosion des violences identitaires au travers de l’islam politique. On perçoit toute l’horreur du contexte dans l’enregistrement de la mère en train d’affirmer que «le prophète autorise les musulmans à tuer les enfants des juifs!» Ce qui va suivre les crimes de Merah sera beaucoup plus révélateur et les vraies causes seront minimisées , voire cachées par nos médias et nos politiques.

Alors qu’on nous vend l’hypothèse d’un loup solitaire, le frère aîné de Mohamed Merah, Abdelghani dénonce dans son livre, «Mon frère, ce terroriste», que toute sa famille, à part lui, est radicalisée, que son frère Abdelkader se fait appeler Ben Laden et que ce dernier a failli le tuer en le poignardant car il avait comme compagne une femme d’origine juive!
Figarovox

Partager :