Partager :
En raison des retards dans le développement de leur propre système de défense active de blindés, les États-Unis achèteront à Israël les systèmes qui leur sont nécessaires, a annoncé le Pentagone.

Les chars d’une des brigades blindées américaines seront équipés de systèmes de défense active Trophée fabriqués en Israël. Conformément aux dispositions du contrat ad hoc publié par le département US de la Défense, ces systèmes israéliens seront installés sur des chars M1A2 SEPv2 Abrams. Cette solution a été trouvée pour pallier les retards permanents dans le développement du système américain de défense active de blindés. Selon de récents rapports, le prototype du système US ne sera disponible qu’en 2019. Les systèmes israéliens sont ainsi censés équiper les chars US jusqu’à ce que la production en série des complexes américains soit lancée.
Les systèmes Trophée équipent les chars israéliens Merkava et les véhicules blindés lourds Namer depuis 2010. Selon le site officiel de l’Armée de défense d’Israël, le système de détection du Trophée crée un bouclier protecteur de 360 degrés autour du char.  «Lorsqu’un ennemi lance une roquette contre un tank équipé du système, ce dernier détecte instantanément la menace et la neutralise en tirant un missile qui vient détruire le missile anti-tank», lit-on sur le site de Tsahal. (Source Sputnik News)
Le Merkava est un char de combat principal d’Israël. De conception entièrement locale, il a été développé avec pour principal objectif la protection et la survie de l’équipage. Il est doté d’un blindage espacé, d’un système anti-incendie, et d’une silhouette basse et effilée. À la différence des autres chars de sa génération, le moteur est placé à l’avant, offrant à la fois une protection supplémentaire de face et la possibilité d’évacuer le char par l’arrière. Apparu en 1979 à l’occasion de la première guerre du Liban, il a été fabriqué en Israël, qui en est le seul utilisateur, jusqu’au conflit au Liban mi-2006. Le prix unitaire d’un char Merkava 4 a été évalué à 5,1 millions de dollars américains en mars 2006.
 

Partager :