Partager :

Angela Merkel, qui vient de gagner aux élections, a toujours aidé Israël à renforcer sa défense (ventes d’armes et de technologies très sophistiqués à Israël). Lors de son récent séjour en Israël, Tsahal lui avait réservé, sans surprise, un accueil exceptionnel. Les israéliens sont assez satisfaits des résultats des élections en Allemagne. Netanyahou a été l’un des premiers politiques à féliciter Angela Merkel pour sa réélection. Les conservateurs allemands ont remporté les élections législatives de dimanche, mais l’entrée historique de la droite nationaliste et populiste à la chambre des députés vient sérieusement gâcher la fête d’Angela Merkel, promise à un quatrième mandat de chancelière.
La CDU-CSU, avec seulement 32,5 à 33,5% des voix, pourrait bien avoir battu le plus bas historique de Mme Merkel (33,8% en 2009). Elle devance néanmoins nettement Martin Schulz et les sociaux-démocrates du SPD (20-21%) qui enregistrent leur plus mauvais score depuis 1945, selon les sondages à la sortie des bureaux de vote des chaînes publiques ARD et ZDF.
Il reviendra donc à Mme Merkel pour la quatrième fois de chercher un ou plusieurs partenaires pour former le prochain gouvernement. Le SPD a immédiatement indiqué qu’il sera dans l’opposition après quatre ans au gouvernement d’Angela Merkel. Cela compliquera l’exercice pour la chancelière qui doit donc convaincre a priori et les libéraux du FDP, et les Verts, de gouverner avec elle.
Mais ce succès est assombri pour elle par le résultat de l’Alternative pour l’Allemagne, parti anti-immigration, qui ressort troisième avec environ 13%, selon les sondages, et provoque un choc pour le pays. L’AfD fait donc une entrée en force à la chambre des députés, une première depuis 1945 pour un parti qui tient des discours anti-immigrants, anti-islam, anti-euro et révisionnistes.
Alors qu’il avait échoué aux portes du Bundestag en 2013, il devance désormais la gauche radicale Die Linke (9%), les libéraux du FDP aux alentours de 10% et les Verts (9%). Répondant à la chancelière qui faisait campagne pour la continuité dans la prospérité, un message destiné à rassurer face aux crises du monde, l’AfD a tiré à boulets rouges sur Angela Merkel durant la campagne, prenant pour modèle le président américain Donald Trump et les partisans de la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne.
LA VISITE OFFICIELLE DE MERKEL EN ISRAËL EN FEVRIER 2014. La chancelière allemande Angela Merkel, accompagnée de la plupart de ses ministres, est arrivée lundi en Israël, où elle s’entretenait dans la soirée avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu du nucléaire iranien et des négociations avec les Palestiniens. « Nous allons discuter du programme nucléaire iranien et des moyens de faire progresser les négociations avec les Palestiniens », a affirmé M. Netanyahu en accueillant la chancelière à sa résidence à Jérusalem, a indiqué la radio publique israélienne. « Israël veut parvenir à une paix réelle qui mette fin au conflit et à une reconnaissance (par les Palestiniens) d’Israël comme Etat du peuple juif », a-t-il ajouté.
Auparavant, le Premier ministre avait rendu hommage à la chancelière en la qualifiant « d’amie d’Israël« . « Elle a pris à de nombreuses reprises position contre le boycott et les tentatives de boycott contre Israël, ce qui mérite notre reconnaissance », s’était félicité M. Netanyahu lors d’une réunion de son parti Likoud (droite nationaliste) au Parlement.
Il faisait allusion au risque de boycottage international d’Israël en cas d’échec des négociations avec les Palestiniens, une menace évoquée très fréquemment ces dernières semaines par les dirigeants et les médias israéliens. Mme Merkel, qui est accompagnée de 16 de ses ministres, doit revoir M. Netanyahu mardi, lors d’une réunion commune des deux gouvernements. Elle va signer une série d’accords de coopération dans les domaines de la sécurité, de la diplomatie, de l’économie, de la justice, de la science et de la culture, a précisé le bureau de M. Netanyahu.
Sources : AFP et médias Français et Allemands.

Partager :