Partager :

Un article de Anthony Lesme pour usine-digitale.fr (Copyrights) : « Daniel Sperling, adjoint à la mairie de Marseille chargé de l’innovation veut créer “un pont entre les deux rives de la Méditerranée”. “Notre ville est le terminal de 13 câbles sous-marins haut-débit qui peuvent faire de Marseille une prochaine Silicon-Valley avec la construction de Data centers. Les Israéliens sont très intéressés par nos projets et notamment notre ouverture sur l’Afrique.”
L’autre objectif est bien sûr d’encourager les start-up et Marseille en a emmené 15 dont Agrivolta qui propose un système original d’ombrières connectées permettant de réguler l’apport du soleil sur les cultures pour augmenter les rendements agricoles. “On cible des pays comme Israël qui ont un fort taux hydrique, des problèmes de sécheresse et qui pourraient être intéressés par notre technologie”, explique la co-fondatrice Julie Davico-Pahin.
D’autres start-ups comme Alergasoil sont déjà à un stade plus avancé. “Après un an de négociations, notre société est en train de finaliser un accord de concession de licence avec un groupe israélien présent en Afrique du sud”, nous révèle Eric Elkaim, le PDG de l’entreprise. Sa société présente dans 59 pays a mis au point une technologie permettant de mesurer la consommation réelle d’hydrocarbures grâce à des capteurs intelligents ».
LE PLUS
Fondée par un horticulteur, Agrivolta a mis au point un système d’ombrières intelligentes sur-mesure et breveté. Automatisé, l’outil agricole permet d’ombrager les cultures au degré près en s’ouvrant et se refermant, répondant ainsi précisément aux besoins de chaque plante. L’objectif : aider les agriculteurs à maintenir leurs productions malgré les aléas météorologiques qui mettent en péril leur activité.
 

Partager :