Partager :

Tel-Aviv (Dan Rosh). IsraelValley a rencontré à Tel-Aviv Jonathan Azoulay. Un véritable entrepreneur qui a monté son restaurant avec un professionnalisme qui désespère ses concurrents.
En moins de trois ans le restaurant casher baptisé « Tartine », situé à deux pas de l’Hôtel Dan Panorama et au coeur du carré d’immeubles administratifs  qui accueille l’Export Institute (Beth Hatassianim) et la Chambre de Commerce Israël-France, est devenu « le » point de rencontres de nombreux jeunes juifs de France et d’une clientèle israélienne qui aime les bons sandwichs et les plats de l’Hexagone.
Jonathan Azoulay, 37 ans, religieux « light » (chomer shabbat) et père de deux enfants, a fait son Alyah en septembre 2014. Son expérience au « Pain Quotidien », KFC, Disneyland Paris lui aura été très utile pour ouvrir « Tartine » qui semble être là pour l’éternité. Il a vécu à Toulouse et peut raconter l’histoire des juifs de cette ville comme personne d’autre.
ENTREPRENDRE EN ISRAËL. Ses trois conseils pour les olim de France? 1. Être présent et très actif dans son propre business du matin au soir. 2. S’adapter en permanence pour anticiper la demande. 3. Modifier sa carte encore, et encore. Aucun cadeau ne lui aura été épargné depuis trois ans. « On apprend sur le tas en Israël » nous a t-il dit.
Autre point à noter : le Président et les stagiaires de la Chambre de Commerce ont élu ce Restaurant comme le meilleur de ce quartier de Tel-Aviv. Dans un environnement hyper-concurrentiel (les restaurants rapides et les houmoussia pullulent dans le secteur), ce n’est pas rien!
LE PLUS. ENTREPRENDRE EN ISRAËL
Questions à Yaniv Ben Yossef (Mati) : D’après vous, quels sont les secteurs d’activités qui sont plus porteurs dans le marché israéliens que vous conseillerez pour les nouveaux immigrants? C’est difficile de mettre le doigt sur un domaine en particulier….Mais je pense qu’un entrepreneur qui saura apporter avec lui les avantages de son pays d’origine, tout en l’adaptant à la « sauce Israélienne » pour apporter quelque chose de nouveau sur le marché local, aura plus de chance de réussir.
Que conseillerez-vous de faire, aux entrepreneurs qui sont encore en France, pour mieux préparer leur Alya?  La meilleure clé du succès en Israël est de créer son réseau de contacts personnels et professionnels. Les entrepreneurs qui souhaitent se préparer à monter leur business en Israël peuvent commencer à construire leur réseau depuis la France en parlant à d’autres qui l’ont déjà fait sur les réseaux sociaux ou dans les événements de networking. Renseignez-vous sur le marché israélien avant votre venue et faites un voyage d’étude pour rencontrer les acteurs principaux de votre activité.
Nathalie Garson
Consultante pour MATI Israël, Agréée par le Ministère de l’Alya et de l’Intégration, CEO Yazamut-Israel.com
nathalie@yazamut-israel.com

Partager :