Partager :

Tel-Aviv (Dan Rosh). Loin des yeux, loin du monde. Sans contrôle de papiers et sans aucun passeport, IsraelValley a visité hier, au départ avec une certaine inquiétude car la région n’est pas considérée comme la plus calme au monde, Kfar Etzion, un kibboutz israélien situé en Judée entre Jérusalem et Hébron.
Initialement établi en tant que Migdal Eder in 1927 par des immigrants juifs yéménites, il fut abandonné en 1929 à la suite des émeutes de 1929 en Palestine. Nous avons suivi une route splendide et de qualité irréprochable avant d’accéder à Kfar Etzion.
Ce village agricole fut rétabli en 1934 puis à nouveau abandonné en 1939 à la suite de la Grande Révolte arabe de 1936-1939 en Palestine mandataire. En 1943, Kfar Etzion fut réinstallé pour la troisième fois avec plusieurs implantations formant le Bloc d’Etzion ou Goush Etzion.
Il fut le site de plusieurs batailles pendant la guerre israélo-arabe de 1948. Il tomba le et fut le siège du massacre de 250 Juifs. Après la guerre des Six Jours, les habitants de Kfar Etzion y retournèrent et construisirent de nouvelles maisons. Aujourd’hui, Kfar Etzion comporte un musée qui retrace l’histoire du Bloc d’Eztion, dans le centre des visiteurs où on peut voir une présentation multimédia sur le massacre des juifs réfugiés dans un bunker dont les vestiges sont visibles.
Notre courte visite nous a permis de comprendre jusqu’à quel point les habitants de ce kibboutz sont sous pression. De très nombreux hommes portent de manière très visible leur arme. Une atmosphère bucolique d’un côté, des paysages somptueux et inoubliables. D’un autre côté un mode de vie soumis aux problèmes de sécurité. Cette double vie, douce et dangereuse à la fois, ne semble gêner personne. Question de mode de vie.
Le plus extraordinaire (car totalement inattendu pour nous) dans notre visite : la présence VISIBLE de l’armée israélienne est minimale. Très peu de voitures militaires. Pas une seule jeep. Aucun tank.
Cette capacité à dissimuler la force de frappe de Tsahal a été pour nous un véritable choc. Eviter d’être la cible directe d’attaquants potentiels est aussi, semble-t il,  l’une des forces de Tsahal.
LE PLUS. Goush Etzion est un groupe de colonies israéliennes situé dans les monts de Judée, au sud de Jérusalem et de Bethléem, en Cisjordanie. Le groupe de colonies comprend quatre villages agricoles juifs qui ont été fondés entre 1940 et 1947 avec les biens achetés dans les années 1920 et 1930, puis pris et détruits par la Légion arabe le 13 mai 1948, la veille de la création de l’Etat d’Israël, lors de la guerre israélo-arabe de 1948-1949.
La zone a été laissée en dehors de la ligne verte. Les colonies ont été reconstruites après la guerre des Six Jours et de nouvelles communautés se sont installées autour du Goush Etzion. La communauté internationale considère les colonies israéliennes en Cisjordanie illégales en vertu du droit international, mais le gouvernement israélien conteste. En 2011, Gush Etzion est composé de vingt-deux colonies avec une population de 70 000 habitants.
Le bloc de Gush Etzion reste attrayant pour les nouveaux résidents, en raison de sa localisation (près de Jérusalem, auquel il est relié par l’intermédiaire d’un système de routes et de tunnels qui permettent aux voyageurs de contourner les secteurs palestiniens fortement peuplés de) et des avantages que le gouvernement israélien fournit aux habitants juifs.  En outre, beaucoup d’Israéliens pensent qu’Israël n’abandonnera jamais le contrôle du bloc de Gush Etzion.

Partager :