Partager :

Tel Aviv (Yoram Kislev). La vieille ville d’Hébron est inscrite depuis le 7 juillet 2017 sur sa liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant que site «d’une valeur universelle exceptionnelle en danger». Lors du vote du Comité de l’Unesco, douze Etats se sont prononcés pour classer le lieu en tant que site palestinien, six se sont abstenus et trois ont voté contre. La décision a provoqué la fureur d’Israël.
Selon l’AFP : « Benjamin Netanyahu a décidé vendredi de réduire la contribution d’Israël à l’ONU après la décision, qu’il a qualifiée de « délirante », de l’Unesco de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, comme « zone protégée » du patrimoine mondial. Netanyahu a annoncé une nouvelle coupe d’un million de dollars dans la contribution d’Israël au budget de l’ONU.
Il s’agit de la quatrième réduction ordonnée en un an par le gouvernement israélien, qui a fait baisser sa contribution auprès des Nations unies de 11 millions de dollars annuels à 2,7 millions, selon un responsable israélien ».
Selon 20Minutes : « Honte », « Souillure morale », « Mensonges »… Habituellement, la session annuelle du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco est plutôt calme. Mais vendredi 7 juillet 2017, le comité devait rendre sa décision sur un dossier brûlant opposant Israéliens et Palestiniens. Il s’agissait d’inscrire sur la liste « zone protégée » du patrimoine mondial la vieille ville d’Hébron. Douze membres du Comité réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour l’inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre. Etant donné l’abstention, la majorité requise était de dix voix.
Le ministère israélien des Affaires étrangères a qualifié de « souillure morale » la décision de l’Unesco, affirmant qu’elle niait l’histoire juive de la cité située en Cisjordanie. Hébron abrite un monument qui est à la fois revendiqué par les religions juive et musulmane. Selon les juifs, le tombeau des Patriarches abriterait la dépouille d’Abraham, père des trois religions monothéistes, de son fils Isaac, de son petit-fils Jacob et de leurs épouses Sarah, Rebecca et Léa ».
BIBLE. Hébron est citée dans la Bible comme capitale du royaume de Juda sous le roi David. En hébreu, le nom de Hevron, déjà présent dans le texte biblique il y a plus de 2500 ans, a pour racine חֶבְר dont dérivent beaucoup de mots qui ont une signification de lier, associer, ou encore allier. Le mot hébreu Haver qui signifie ami est de cette même racine. Le suffixe du nom, composé d’un Vav et d’un Noun, indique un lieu. Hébron désignerait donc le lieu de l’alliance. Le nom d’Hébron n’a pas de rapport avec « Hébreu » : le premier commence par un Het, alors que le mot « Hébreu », ‘Ivry, commence par un Ayin.
HISTOIRE. Hébron est une ancienne ville royale cananéenne. Elle devint sous le roi David la capitale du Royaume de Juda jusqu’à la prise de Jérusalem. Selon la tradition, dans la grotte de Machpelah, à Hébron, sont enterrés Abraham et sa famille : Sarah, Isaac, Rébecca, Jacob et Léa. C’est aussi à Hébron que, selon la Bible, David est sacré roi de la maison de Juda.
Après la destruction du Premier Temple de Jérusalem, la plupart des Israélites de Hébron ont été exilés à Babylone vers -587 et des Iduméens se sont installés dans la ville à leur place. Sous la domination persane achéménide une partie des Juifs y sont retournés. Le royaume juif des Hasmonéens a soumis la ville sous Judas Maccabée en 167 av.Ch. et sous le règne de Jean Hyrcan a converti la plupart des Iduméens au judaïsme. Hérode le Grand, roi de Judée, lui-même d’origine iduméenne, a fait construire le mur d’enceinte qui entoure encore aujourd’hui le Tombeau des Patriarches.
Pendant la Première guerre judéo-romaine, la ville est conquise par Simon bar Giora, chef des Sicaires. Hébron est ensuite sous domination romane et byzantine. L’empereur Justinien érige une église chrétienne sur le lieu du caveau des Patriarches au VIe siècle. Cette église sera détruite par les Sassanides.

Partager :