Partager :

Spécial IsraelValley. Source d’inquiétude pour les jeunes français faisant l’Alyah ou simplement pour trouver un stage en Israël, un CV est toujours mieux accepté lorsqu’il répond aux attentes locales.Il faut donc sortir des prérequis français et s’adapter aux attentes israéliennes.
Comme en France, un CV ne doit pas dépasser une page, un recruteur est censé pouvoir le survoler de manière rapide en retenant toutes les informations essentielles.  On y retrouve les 4 ou 5 sections habituelles : les informations personnelles, la formation, les expériences professionnelles, les langues parlées, et les compétences en informatiques. Auxquelles s’ajoute une partie sur l’armée ou le service national (sherut leoumi).

Les informations personnelles

Au niveau des informations personnelles, beaucoup moins d’informations  sont requises en Israël. Des éléments comme la date d’Alyah, le statut marital sont le plus souvent inutiles. Par contre, l’âge, et un moyen de communication (email ou/et numéro de téléphone) sont 100% nécessaires.

La formation et les expériences professionnelles

Les recruteurs israéliens connaissent bien peu les Universités étrangères. Il faut donc détailler les matières étudiées. Cela est également vrai pour les expériences professionnelles. Il faut les développer pour que l’employeur ait une vision assez globale des capacités des candidats. Les abréviations des formations ou des diplômes sont à exclure car elles sont incomprises par les recruteurs.

Les langues et l’informatique

La langue est une catégorie importante en Israël, surtout pour les candidats étrangers. Il est nécessaire d’inscrire son niveau de maitrise de l’hébreu et de l’anglais, même si le niveau d’hébreu est encore débutant. Concernant les compétences informatiques, il n’y a pas de différences majeures avec les CV français.
En Israël, le CV est souvent accompagné de quelques phrases de motivation et non d’une lettre entière comme en France. Ces lignes sont recommandées pour décrocher un travail en Israël. Il est inutile de préciser qu’une différence majeure avec un CV français est qu’il n’est pas rédigé en français mais en hébreu où en Anglais!
Eyal Cohen pour IsraëlValley

Partager :