Partager :

Le Prince Harry raconte:

»Mon père m’a envoyé chez un homme saint. 51 ans, barbu, avec des lunettes, un visage ridé et des yeux foncés et intelligents. Il était le grand rabbin d’Angleterre, c’est tout ce que l’on m’avait dit.

Mais je me suis rendu compte qu’il était bien plus que cela. Un homme cultivé, brillant, philosophe religieux, écrivain qui avait passé la plupart de ses journées à réfléchir aux racines du malheur, du mal, de la haine.

Il ne m’a pas épargné. Il a condamné mon acte. Il n’a pas été désagréable, il fallait qu’il me dise ces choses. Il a placé ma bêtise dans son contexte historique. Il m’a parlé des six millions de personnes qui ont été exterminées.

Juifs, Polonais, résistants, intellectuels, homosexuels, enfants, bébés, personnes âgées qui ont été transformés en cendres et en fumée il y a quelques dizaines d’années.

Je suis arrivé à la maison du Rav, honteux mais ensuite j’ai ressenti un dégoût profond de moi-même.

Mais ce n’était pas le but du Rav. Il ne voulait pas que je le quitte sur ce sentiment. Il m’a demandé de ne pas me laisser anéantir par mon erreur, mais d’en tirer une motivation. Il m’a garanti que les gens font des choses idiotes, disent des choses stupides mais cela ne révèle pas forcément leur nature profonde.

Il m’a dit que j’avais montré ma vraie nature en venant demander pardon et en cherchant à réparer ma faute. Il m’a fait du bien. Il est un homme vraiment intelligent. Il m’a dit de relever la tête, de sortir et me servir de cette expérience pour améliorer le monde ».

SOURCE . LPH. COPYRIGHTS.

 

Partager :