Partager :

Chronique de Daniel Rouach sur Radio J.

Bonjour Ilana,

Pendant longtemps les leaders du hightech israélien se sont exprimés avec modération sur les évolutions politiques ceci afin de ne pas créer une image d’Israël à l’étranger qui soit trop défavorable.

A présent un déluge de critiques sur la composition du prochain Gouvernement voit le jour. La cariant des leaders du hightech est qu’Israël perde son image de démocratie libérale. Bibi Netanyahou a toujours eu une politique pro-libérale et très « high-tech orientée ». Cette vision de Bibi va t-elle se renforcer où disparaître à l’avenir?

Chemi Peres (fils de Shimon Peres), co-fondateur associé général de Pitango Venture Capital, le plus grand fonds de capital-risque d’Israël, et président du « Peres Center for Peace and Innovation » a signé avec 100 patrons du Hightech israélien une lettre d’alerte destinée à Bibi Netanyahou.

La lettre demande au futur 1er ministre de ne pas déstabiliser le pays sur le plan juridique et institutionnel. « Nous devons continuer à attirer des investisseurs du monde entier et pour cela nous ne devons pas avoir des lois qui changent sans préavis ».

Il est à noter que la plupart des signataires de la lettre ont dans le passé étaient en majorité alignés à gauche (une très faible minorité de droite) sur le plan politique.

L’initiateur de la lettre est Erez Shahar, co-directeur du fonds Kumara Capital, et parmi les signataires on peut noter Eyal Waldman, fondateur de Mellanox ; Shlomo Kramer, entrepreneur de Kato Networks ; l’entrepreneur Orni Petrouchka ; Hami Peres, fondateur et PDG de Fitango ; Pinchas Bokhris, investisseur en capital-risque ; Yodafat Harel Bokhris, directeur du fonds Belmberg Capital ; Oz Alon, PDG de Honeybook ; Ofer Bengal et Petah Shulman, les fondateurs de Redis ; Noam Keizer, partenaire de le fonds de capital-risque Intel Capital Alan Peled, fondateur et co-directeur de Vintage Investment Partners ; Roi Man, co-fondateur et PDG de Monday ; Ilan Shiloh, co-directeur de First Time Ventures ; Eyal Gora, Gal Shaul, fondateur d’Oguri ; Tomer Tagrin, fondateur de Yotpo ; Michael Shaolov, PDG de FireBlocks ; Alon Verber, PDG de Pixlot, Ron Atzmon, président d’Authentics et bien d’autres.

EXTRAIT DE LA LETTRE :

« Ces dernières années, l’industrie locale de haute technologie a reçu des milliards de dollars par an d’investisseurs internationaux, qui viennent en très grande majorité des États-Unis et d’Europe. Ces investisseurs recherchent bien sûr des retours financiers sur leur investissement. mais partagent également des valeurs fondamentales importantes avec les pays et les industries dans lesquels ils investissent. La stabilité juridique est une condition nécessaire pour les investisseurs internationaux et les aide à investir dans certains pays. D’autre part, l’absence d’une telle stabilité les éloigne de ces pays.

L’ébranlement de la confiance dans le système judiciaire israélien et, par conséquent, dans la démocratie israélienne, une législation qui remet en question les droits fondamentaux de chaque personne, peuvent décourager les investisseurs qui ont été le moteur de la croissance de cette merveilleuse industrie.

Dans leur sillage, nous pourrions également voir un afflux d’entreprises technologiques, toutes des entreprises internationales par essence, en dehors d’Israël, ainsi que leurs paiements d’impôts avec les conséquences dévastatrices que cela pourrait avoir pour l’économie et la société en Israël ».

Partager :