Partager :

ISRAELVALLEY SPECIAL. Chemi Peres, co-fondateur associé général de Pitango Venture Capital, le plus grand fonds de capital-risque d’Israël, et président du « Peres Center for Peace and Innovation » a signé avec 100 patrons du Hightech israélien une lettre d’alerte destinée à Bibi Netanyahou.

La lettre demande au futur 1er ministre de ne pas déstabiliser le pays sur le plan juridique et institutionnel. « Nous devons continuer à attirer des investisseurs du monde entier et pour cela nous ne devons pas avoir des lois qui changent sans préavis ».

Il est à noter que la plupart des signataires de la lettre ont dans le passé étaient alignés à gauche sur le plan politique. (DR)

L’initiateur de la lettre est Erez Shahar, co-directeur du fonds Kumara Capital, et parmi les signataires on peut noter Eyal Waldman, fondateur de Mellanox ; Shlomo Kramer, entrepreneur de Kato Networks ; l’entrepreneur Orni Petrouchka ; Hami Peres, fondateur et PDG de Fitango ; Pinchas Bokhris, investisseur en capital-risque ; Yodafat Harel Bokhris, directeur du fonds Belmberg Capital ; Oz Alon, PDG de Honeybook ; Ofer Bengal et Petah Shulman, les fondateurs de Redis ; Noam Keizer, partenaire de le fonds de capital-risque Intel Capital Alan Peled, fondateur et co-directeur de Vintage Investment Partners ; Roi Man, co-fondateur et PDG de Monday ; Ilan Shiloh, co-directeur de First Time Ventures ; Eyal Gora, Gal Shaul, fondateur d’Oguri ; Tomer Tagrin, fondateur de Yotpo ; Michael Shaolov, PDG de FireBlocks ; Alon Verber, PDG de Pixlot, Ron Atzmon, président d’Authentics et bien d’autres.

LE PLUS.  CHEMI PERES. « Israël est le premier pays construit par l’innovation dès le début, c’était une nécessité », a déclaré Peres ; « lorsque Theodor Herzl a conçu une patrie juive, il a écrit très clairement sur la façon dont l’État devrait être. Au début, l’innovation concernait la culture, le type de société que le pays devait être. Au-delà du pays lui-même, nous avons créé des kibboutzim, nous avons fait renaître la langue hébraïque ».

« Après cette première étape d’innovation », a déclaré M. Peres, « le pays s’est stabilisé mais a continué à développer une économie basée sur l’innovation – par nécessité. Nous n’avions pas assez d’eau, alors nous avons vu des innovations dans l’agriculture, comme l’irrigation au goutte-à-goutte, puis le dessalement de l’eau à grande échelle. En matière de défense, nous avons développé la technologie nucléaire, la cyber-sécurité ; sans elles, nous n’aurions pas pu nous défendre ».

« Aujourd’hui, nous nous efforçons d’introduire des objectifs et des valeurs juives dans nos activités de start-up ; nous essayons de rendre le monde meilleur. Les technologies de pointe ont un rôle important à jouer à cet égard ».

Au sujet du risque de défaillance des start-ups du fait du COVID-19, M. Peres s’est montré optimiste, citant en exemple la fortune d’entreprises telles que Zoom, qui a connu une croissance énorme depuis que la pandémie a mis une grande partie de l’économie à l’écart. Les start-ups dans les domaines de la santé, de la cybersécurité, de l’analyse de données, des méta-données devraient bien se porter, a-t-il soutenu – et il y en a beaucoup en Israël – car dans tous ces domaines, il y a une croissance de la demande. En ce qui concerne certaines petites start-ups, dans lesquelles sa société de capital-risque est investie et dont les produits ne seront prêts que l’année prochaine, « nous devons examiner les produits et évaluer dans quelle mesure ils sont attrayants pour le nouveau monde. D’autres revoient leurs dépenses et restent en contact étroit avec leurs clients, mais pensent qu’elles pourront se développer et s’adapter au nouveau monde ».

Dans ce nouveau monde, a suggéré M. Peres, toute entreprise a besoin de deux jambes – l’une dans le monde physique, l’autre dans le monde numérique. « Sans un composant numérique, les entreprises peuvent s’effondrer complètement. C’est un scénario auquel personne n’avait pensé auparavant. Aujourd’hui, les entreprises ont besoin d’un modèle commercial diversifié, pas seulement dans le domaine de la haute technologie : servir des aliments dans un restaurant est le monde physique ; produire des aliments à livrer est le monde numérique ».

Il s’est montré tout aussi positif lorsqu’on l’a interrogé sur les dangers de l’intelligence artificielle. « Jusqu’à la pandémie, nous pensions qu’il y avait un réel danger que l’intelligence artificielle supprime des emplois ; ensuite, nous avons vu comment le monde était prêt à nuire à l’économie mondiale afin de s’assurer que les gens restent en bonne santé. De la même manière, nous devons trouver comment faire en sorte que l’innovation soit utilisée pour créer un bien collectif ».

Lorsqu’il lui a été demandé s’il pourrait suivre les traces de son père et se présenter à des fonctions publiques, Chemi Peres a répondu que, d’une certaine manière, le Centre Peres a plus d’impact sur la société qu’un ministère du gouvernement. « Nous encourageons la jeune génération à réfléchir, à planifier et à prendre des responsabilités. Nous faisons grandir une nouvelle génération d’entrepreneurs ». (Source : Digital Journal & Israël Valley)

LE PLUS. Haaretz : « Senior figures in the Israeli high-tech industry published a letter addressed to Prime Minister-designate Benjamin Netanyahu on Thursday in which they expressed their concern that the legislative actions of the incoming government might have “devastating consequences for the economy in general and the high-tech industry in particular.”

The letter, which was initiated by Qumra Capital co-founder Erez Shachar and signed by over a hundred senior industry officials, read: “As citizens, we respect the results of the recent elections that reflect the will of the people and believe that as prime minister you will act in the interest of all Israeli citizens ».
Partager :