Quels sont les produits alimentaires dont les prix n’augmenteront pas?

Par |2022-12-16T06:39:26+01:0016 Déc 2022|Catégories : ECONOMIE|
Partager :

Osem avait annoncé avant les fêtes de Pessah cette année son intention d’augmenter ses prix. Face au tollé déclenché par cette annonce et les appels au boycott, la société avait fait machine arrière et décidé de reporter cette augmentation.

Récemment, Strauss et Tnuva ont augmenté leurs prix, et malgré quelques protestations et réticences de la part des consommateurs et des chaines de supermarchés, ces hausses ont fini par être acceptées.

Osem ne voit donc pas de raison pour hésiter encore. Là aussi, la modification de la grille tarifaire est justifiée par la hausse des cours des matières premières qui a des répercussions sur les coûts de production.

L’augmentation des prix des produits Osem ira de +2.9% à +5.9% suivant les articles.

Les produits pour bébés Materna et Gerber n’augmenteront pas, ainsi que les bambas, le café, les céréales Nestlé et Fitness, les chocolats Nestlé et la nourriture pour les animaux domestiques.
En revanche, voici une liste (non exhaustive) des produits qui seront désormais plus chers: produits Tivol, salades Tsabar, Bissli, croutons pour la soupe, ketchup, pâtes, bourgoul, couscous, petits beurres, apropo, gâteaux Habayit, et d’autres.

Avi Ben Assayag, le PDG d’Osem, a expliqué:  »Pendant l’année qui vient de s’écouler, nous avons pris toute une série de mesures pour rationaliser nos coûts de production, depuis la réduction des salaires des cadres, jusqu’à la réduction des coûts fixes en passant par le licenciement de dizaines d’employés au siège de la société. Malgré cela, en raison de l’importante inflation, nous avons décidé d’actualiser principalement les prix des produits fabriqués dans nos usines en Israël qui emploient près de 2500 personnes, dans le souci réel de surmonter les défis actuels tout en préservant la stabilité de nos usines à Kiryat Gat, Sdérot et Yokneam.

Nous avons décidé, justement dans ces temps difficiles, d’augmenter le salaire minimum de nos employés dans nos usines et sur le terrain à 6000 shekels. Les conséquences de l’inflation sont sans précédent et importantes. Il est important de préciser qu’après dix ans pendant lesquels nos prix sont restés fixes, il s’agit d’une actualisation modérée et partielle par rapport à l’augmentation de nos frais dont nous assumerons la plus grande partie ».

//lphinfo.com/

Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut