Partager :

Eric Ciotti est un ami d’Israël. Il a été élu nouveau président du parti Les Républicains ce dimanche 11 décembre. Le député des Alpes-Maritimes a récolté 53,7 % des voix, contre 46,3 % pour son adversaire Bruno Retailleau.

Éric Ciotti, candidat à l’investiture LR pour la présidentielle, veut reconnaître Jérusalem comme capitale unifiée d’Israël et souhaite «rompre avec une forme de tradition diplomatique globalement pro-arabe». «Je crois qu’il faut rompre avec une forme de tradition diplomatique, globalement pro-arabe», de la France, avait expliqué le député des Alpes-Maritimes sur Radio J.

LE PLUS. CNEWS. « Le nouveau visage des Républicains est désormais connu. Ce dimanche 11 décembre, les électeurs de la droite républicaine ont élu Eric Ciotti comme leur nouveau président. Le député des Alpes-Maritimes âgé de 57 ans a récolté 53,7 % des voix, parmi les 91.110 adhérents.

Son opposant Bruno Retailleau a lui terminé en seconde position avec 46,3 %. Le taux de participation s’est élevé à 69,75 %, contre 72,67 % au premier tour.

Vantant sa fidélité au RPR, puis à LR, Eric Ciotti a, tout au long de sa campagne, défendu l’image «d’une droite assumée», «refusant le politiquement correct». Ce dernier a également tenu un discours ferme sur la sécurité et l’immigration, se rapprochant parfois de certaines idées du Rassemblement national.

Un candidat tout choisi pour 2027.

Soutenu par des cadres du parti, comme Christian Jacob, Olivier Marleix, le patron des députés LR, ou encore François Baroin, le maire de Troyes, Eric Ciotti n’entend cependant pas représenter son parti lors de la prochaine échéance présidentielle.

En effet, depuis plusieurs semaines, il n’a cessé de vanter les qualités de Laurent Wauquiez, actuel président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il voit comme un candidat parfait pour prendre la suite d’Emmanuel Macron.

Pour infléchir son image très marquée à droite, ce spécialiste des questions migratoires avait aussi parlé d’économie, parlant de supprimer l’impôt sur les successions et les donations, et de baisser les impôts et les charges.

Cette victoire a pour Eric Ciotti un goût de revanche sur la primaire LR de 2021 lorsque, arrivé en tête au premier tour de la primaire, il avait dû s’incliner au deuxième face à Valérie Pécresse, payant un «tout sauf Ciotti» chez les électeurs inquiets de sa ligne droitière ».

Partager :