Partager :
Coup de tonnerre au Mondial de foot où le Maroc a éliminé mercredi l’un des grands favoris de la compétition, l’Espagne. Un exploit qui a déclenché des scènes de liesses au Maroc, au Qatar, mais aussi sur les Champs-Élysées, à Paris (des heurts ont eu lieu). En Israël, l’équipe du Maroc a été saluée par tous. Pas de scènes de liesses dans les rues de Ashdod, Ashkélone, Beersheva, Tel-Aviv et Jérusalem, mais IsraelValley et les amoureux du Maroc étaient en joie hier soir.
Pas de voitures brulées sur Rehov Dizengoff car les israéliens n’ont pas encore importé cette étrange coutume française. Les juifs d’Israël spécialement nés au Maroc (dont l’auteur de ses lignes qui est né à Meknès) ont été très heureux hier soir. Enfin le Maroc sur la planète foot mondiale.
Le Figaro : « Les supporteurs du Maroc habitant à Paris se sont donné rendez-vous sur les Champs-Élysées pour célébrer leur qualification historique en quarts de finale. Des scènes de liesse ont éclaté en Syrie, en Arabie Saoudite et Gaza. Des supporters palestiniens ont même improvisé un chant en l’honneur du onze marocain. Plusieurs internationaux algériens ont également salué l’exploit marocain sur les réseaux sociaux ».

SELON TF1. « Ils ne s’étaient jamais qualifiés pour un quart de finale de Coupe du monde. Au coup de sifflet final, au bout d’un suspense irrespirable après une séance de tirs au but, les joueurs marocains se lâchent. Il n’y a plus de fatigue, plus d’épuisement, uniquement de la joie, des chants, des cris et des larmes. Les Lions de l’Atlas, première sélection arabe à atteindre ce stade de la compétition, exultent. Pour eux, le moment est historique.

Dans le même temps, dans la fan zone de Doha, toute acquise à la cause des Marocains, les supporters n’en reviennent pas. « Une soirée magnifique, une soirée historique, merci à nos Lions », réagit l’un d’eux, interrogé par le 20H de TF1. « C’est historique. Que le Maroc aille en quart de finale, c’est incroyable. Ça n’était pas arrivé depuis 1986 », lance un autre dans la vidéo en tête de cet article.

De Casablanca jusqu’à Lille.

L’engouement était identique au Maroc. De Casablanca, le temple du foot, à Rabat, la placide capitale du royaume, les Marocains ont explosé de joie. Même chose sur les Champs-Élysées, à Paris et jusqu’à Lille. « Ce soir, on ne dort pas, on ne va pas dormir, on va faire la fête toute la soirée. C’est une dinguerie, on est en quart », se confie un autre supporter. Les Marocains ont vibré aux quatre coins du monde ».

 


Partager :