Partager :

Le gouvernement de la Guyane (anciennement Guyanne Britannique), par l’intermédiaire du ministère de l’agriculture, a signé mercredi un protocole d’accord avec la société israélienne Karlico, ouvrant la voie au développement d’un projet de système de production hydroponique massif en Guyane.

En octobre dernier, le ministre de l’agriculture, Zulfikar Mustapha, a révélé que le gouvernement était en pourparlers avec des investisseurs d’Israël qui ont exprimé leur intérêt pour le développement d’un projet hydroponique à grande échelle.

Le changement climatique ayant un impact important sur les pratiques agricoles traditionnelles, l’hydroponie et d’autres formes d’agriculture intelligente prennent de plus en plus d’importance dans les communautés agricoles du pays.

Lors d’un entretien avec les journalistes, le ministre Mustapha a déclaré que les Israéliens faisaient partie des investisseurs qui ont exprimé leur intérêt pour l’installation de systèmes hydroponiques en Guyane. Il a également indiqué que le projet hydroponique sera intégré au projet d’ombrières qui est actuellement en cours sur la côte est de Demerara.

L’équipe de KARLIGO INC. composée d’experts locaux et internationaux est spécialisée dans le développement, le financement, la construction et la gestion de projets agricoles et agro-techniques.

Avec un investissement estimé à 15 millions de dollars, le projet comprendra un système de production hydroponique en trois phases basé sur des techniques de film nutritif et des systèmes de production sans sol. Ces systèmes seront conçus pour la production d’herbes fraîches, de laitue et d’autres légumes à feuilles ainsi que d’autres cultures à haute valeur ajoutée.

La première phase du projet, qui devrait être achevée trois mois après l’achèvement des travaux de terrassement nécessaires, verra la société mettre en place un système hydroponique de pointe de 2 000 mètres carrés qui comprendra, entre autres, une chambre froide, une installation de conditionnement, des équipements de récolte, des contrôleurs d’irrigation, des mélangeurs d’engrais, un système de recyclage de l’eau et un stockage d’eau de secours.

La phase deux verra la construction et l’installation d’un système de serre avancé tandis que la phase trois impliquera la construction d’un centre de distribution régional où une variété de produits agricoles et alimentaires seront collectés, traités, emballés et livrés aux marchés locaux et internationaux, en respectant toutes les normes et réglementations nécessaires de l’USDA et de l’Autorité européenne de sécurité des aliments.

Depuis son entrée en fonction, le gouvernement a signalé son intention de travailler avec les autres États membres de la CARICOM pour réduire la facture des importations alimentaires régionales. Dans le but de réduire la facture d’importation de 2,6 milliards de dollars pour le chou-fleur, les carottes et le brocoli, Son Excellence le président Dr Irfaan Ali a lancé en mars dernier le programme Youth Agriculture and Innovation Entrepreneurship. À ce jour, environ 54 ombrières ont été construites pour la culture de ces plantes à forte valeur ajoutée.

Source : Menafn & Israël Valley

 

Partager :