Partager :

SPECIAL SUR RADIO J à 14H45. Emission de Steve.

« Des bus autonomes testés en Israël avec l’aide de la technologie française ».

L’objectif est de faire d’Israël un leader mondial des transports publics autonomes.

Voyager dans un bus sans chauffeur ? Les Israéliens auront l’occasion de le faire, puisque quatre consortiums d’entreprises ont été sélectionnés pour gérer la  première opération pilote de bus autonome d’Israël.

Le programme pilote durera deux ans avec un investissement d’environ $18 millions, dont la moitié provient du financement gouvernemental. À la fin du programme, les groupes gagnants devraient exploiter commercialement des lignes de bus à l’aide de véhicules autonomes.

Le programme pilote comporte deux étapes.

Dans la première étape, les entreprises testeront des bus autonomes dans une zone expérimentale fermée dans le but de prouver la faisabilité technologique, réglementaire, de sécurité et commerciale.

Dans un second temps, les bus autonomes se déplaceront sur la voie publique. La distance que les autobus peuvent parcourir augmentera au cours du projet pilote de deux ans.

Les bus nécessiteront initialement un «chauffeur de sécurité» en place derrière le volant en cas de problème. Idéalement, cette exigence sera abandonnée une fois que la sécurité des autobus sera assurée.

Le projet pilote aidera également le gouvernement à cartographier l’infrastructure requise pour exploiter un système de transport public entièrement autonome en Israël, ainsi qu’à tester la capacité commerciale des opérateurs de transport public.

L’avènement des transports publics autonomes résout deux problèmes que tout Israélien qui compte sur les bus reconnaîtra immédiatement : les embouteillages et le manque de main-d’œuvre.

Les quatre consortiums gagnants sont :

1. Metropolin, BG Motors et Ottopia (Israël), Karsan (Turquie), Adastec (Michigan), Applied Autonomy (Norvège). Metropolin est l’un des plus grands opérateurs de transport public en Israël. Les entreprises technologiques du groupe ont de l’expérience avec de précédents pilotes de transport public autonomes dans le Michigan et la Norvège.

2. Egged, le plus grand opérateur de transport public en Israël et l’un des plus grands au monde.

3. Dan et EasyMile (France). Dan, un des principaux groupes de transport en commun d’Israël, a été l’un des premiers à fournir des fourgonnettes de transport en commun à la demande par le biais de sa filiale Bubble Dan.

EasyMile est une entreprise pionnière dans le véhicule autonome français. EasyMile a géré des services de minibus autonomes dans les zones urbaines du monde entier. EasyMile est un leader mondial en matière de solutions de mobilité intelligentes et de technologie sans chauffeur. L’entreprise développe des logiciels pour automatiser les plateformes de transport et révolutionne l’acheminement des passagers comme des marchandises.

EasyMile, fondée en 2014 par Gilbert Gagnaire, ne construit pas de véhicules mais développe la technologie qui les rend autonomes. Son logiciel analyse les données recueillies en temps réel par des capteurs, lidars et caméras englobant une vue à 360 degrés de l’environnement extérieur. Cette technologie de pointe permet au véhicule équipé de reconnaître un panneau, de différencier un piéton d’un lampadaire et d’anticiper d’éventuels obstacles sur la route.

4. Nateev Express et Imagry (Israël) – Nateev Express exploite des bus en Israël; Imagry développe une plateforme logicielle de conduite autonome. Il gère actuellement un projet pilote avec une navette sans conducteur sur le terrain du centre médical Sheba.

« Nous sommes ravis d’être parmi les premiers au monde à associer la technologie des véhicules autonomes et les transports publics », a déclaré Ran Shadmi, directeur de la National Public Transport Authority .

« Il reste encore un long chemin à parcourir, mais nous ne doutons pas que cette initiative a le potentiel d’améliorer le service et l’expérience des passagers dans les transports publics et d’améliorer les niveaux de sécurité. »

Ami Appelbaum, président de l’ Autorité israélienne de l’innovation , s’est concentré sur la manière dont ce projet pilote peut aider l’économie technologique israélienne.

« À l’ère émergente de la mobilité pilotée par logiciel, Israël occupe une position de leader dans le domaine de la mobilité intelligente et autonome. Le nombre de startups israéliennes dans le domaine du transport intelligent est passé de 400 en 2016 à plus de 600 en 2020. La croissance la plus significative a été dans le nombre de startups de véhicules autonomes établies, avec une augmentation annuelle moyenne de 26 % au cours de cette période. », a déclaré Appelbaum.

Il a ajouté que, depuis 2008, « plus de 20 des plus grands constructeurs automobiles au monde et leurs fournisseurs ont ouvert des centres de développement en Israël, dont GM, Honda, Volkswagen, Ford et bien d’autres ».

Le but ultime : « faire à terme d’Israël un leader mondial des pilotes de transports publics autonomes permettant aux entreprises israéliennes de devenir des leaders mondiaux dans ce secteur ».

A SAVOIR. Singapour a commencé à tester l’exploitation commerciale d’autobus autonomes, tandis qu’en Chine des taxis autonomes sont en test dans plusieurs villes. Aux Etats-Unis, Waymo (filiale de Google) va tester à San Francisco ses robot-taxis sans chauffeur, déjà en service en Arizona.

Les obstacles souvent cités par les experts à l’autonomie complète des véhicules sont les problèmes de réglementation et surtout l’acceptation de la part du grand public, étant donné les risques qu’ils pourront poser en termes de sécurité et cybersécurité.

 

Source : israel21c.org

Partager :