Partager :

A l’occasion de la 27e session de la Conférence des parties (COP27) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tient actuellement dans la ville côtière égyptienne de Sharm El-Sheikh, Gideon Behar, envoyé spécial d’Israël pour le changement climatique et la durabilité, a déclaré « Nous cherchons à renforcer la coopération en matière d’innovation climatique entre Israël et la Chine, car les deux pays peuvent en tirer de grands avantages ». La coopération en matière de climat offre « une énorme opportunité économique » et permet de découvrir de nouveaux moyens, de nouvelles technologies et de nouvelles idées pour atténuer les effets du climat et réaliser une transition énergétique.

Behar a noté la coopération existante entre Israël et la Chine dans les domaines de l’eau et de l’agriculture.

« Nous voulons étendre cette coopération à d’autres domaines tels que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la mobilité intelligente, le stockage de l’énergie et d’autres domaines énergétiques », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la participation d’Israël à la réunion, il a déclaré que le pavillon israélien « présente des solutions pratiques à la crise climatique, et nous pensons que seule la collaboration (peut) nous rendre plus résilients au changement climatique. »

M. Behar a déclaré qu’Israël partage depuis des années ses expériences en matière de changement climatique avec d’autres pays.

« Nous avons notre agence d’aide internationale qui travaille, par exemple, en Afrique depuis plus de 60 ans dans l’aide et le transfert de technologies », a-t-il ajouté.

Le représentant du gouvernement  a déclaré qu’Israël soutient la position de l’Égypte sur le changement climatique, exprimée par le slogan de la réunion : « ensemble pour la mise en œuvre ».

La COP27 s’est tenue du 6 novembre à samedi dernier à Sharm El-Sheikh dans l’espoir de transformer les promesses de financement du climat mondial en actions concrètes. Au cours de cette conférence de deux semaines, plus de 40 000 participants de plus de 190 pays et de dizaines d’organisations internationales et régionales ont cherché des solutions possibles à l’un des plus grands défis mondiaux.

Source : People & Israël Valley

 

 

Partager :