Partager :

L’idée de fixer des limites au travail et de refuser de travailler de longues heures, connue sous le nom de « démission tranquille », prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux. La tendance est aux antipodes d’une culture qui a consacré la réussite professionnelle coûte que coûte au détriment de la vie privée.

Dans quelle mesure ce phénomène doit-il gêner les managers ?

Le terme « Quiet Quitting » a balayé les réseaux sociaux ces derniers temps, et peut refléter des courants profonds importants dans le monde du travail en Israël.

Il ne s’agit pas de démissionner du lieu de travail – mais plutôt d’une décision consciente des salariés de fixer des limites à la place du travail dans leur vie, et notamment en ce qui concerne les horaires de travail.

L’idée est assez simple : les salariés qui ont adopté cette démarche décident de ne faire que le minimum requis. Ils feront ce qui leur est assigné – mais ne travailleront que pendant les heures définies, « poseront le stylo » exactement à 17h00 et ne vérifieront pas les e-mails et autres logiciels d’entreprise au-delà des heures de travail officielles.

Pour ces jeunes qui propagent la nouvelle attitude, les jours de travail sans fin et d’effusion de sang pour impressionner le patron et gravir les échelons sont révolus.

Ces travailleurs veulent mettre fin à leur exploitation, qui se manifeste par des heures supplémentaires sans compensation, un manque d’appréciation et des traitements injustes, voire abusifs, qui conduisent tous à un épuisement professionnel accru . 

Cette idée n’est pas nouvelle, mais c’est accentuée dans le monde du travail après l’épidémie du corona. Son nouveau branding très accrocheur, similaire à celui de « The Great Resignation », assure qu’il continuera à se propager et à influencer le monde du travail.

La tendance est particulièrement perceptible sur TikTok – où environ 10 millions de vues de vidéos taguées sous le terme « démission silencieuse » ont déjà été enregistrées.

De nombreux employés expriment leur sympathie pour l’idée et les messages qui la sous-tendent, mais il y en a aussi d’autres qui ne sont pas d’accord et affirment qu’il n’est pas possible de progresser de cette manière sur le lieu de travail et qu’on peut oublier d’augmenter les salaires avec une telle approche.

Les gestionnaires ont également été tenus de résoudre le problème, et des travaux sont déjà en cours afin de démasquer ces « abandonneurs silencieux » et de leur donner une réponse.

Le refus de s’engager dans des questions de travail en dehors des heures de travail fait écho à la série télévisée « Severance », dans laquelle le développement technologique résout la difficulté de concilier travail et domicile par une déconnexion totale entre les deux. Lorsque les gens sont au travail, ils n’ont aucun souvenir de leur vie personnelle. Lorsqu’ils quittent le travail et rentrent à la maison, ils ne se souviennent de rien lié au travail.

Alliancefr.com

Partager :