Partager :

Plus de 300 000 étudiants et étudiantes oont commencé l’année universitaire et alors que leur désir de réussir les tests  et de terminer le diplôme avec une moyenne pondérée élevée est leur premier objectif il n’en reste pas moins qu’avec le coût de la vie en Israël un job étudiant est indispensable.

De ce fait, beaucoup d’étudiants ne se contentent pas d’un travail d’étudiant « classique » comme serveur ou vendeur, mais choisissent des métiers qui leur apporteront aussi une expérience professionnelle et de bonnes conditions en plus d’un salaire suffisant.

De nombreuses entreprises de l’économie israélienne ne considèrent pas les étudiants comme un fardeau supplémentaire, mais plutôt comme une véritable ressource.

La plupart du temps, ce sont des employés jeunes et inexpérimentés, mais qui ont un potentiel important et une grande capacité d’apprentissage.

Par exemple, dans le centre de développement de la société SAP, où travaillent environ 70 étudiants, ils peuvent même atteindre un salaire de 22 000 NIS par mois à temps plein, selon le poste et l’expérience.

SAP souligne que les étudiants qui travaillent peuvent choisir de travailler dans un modèle horaire, où ils gagneront environ 90 à 100 NIS par heure, ou dans un modèle global où ils gagneront à partir de 14 000 NIS.

Quelle que soit la voie qu’ils choisissent, ils ont droit aux mêmes avantages que le reste des employés de l’entreprise – comme la possibilité de travailler à distance dans un modèle hybride, une carte Sibus, une assurance maladie dentaire, la participation à des journées de plaisir et de formation, et même un Programme de bien-être incluant des activités sportives.

Le centre de développement SAP dispose également d’une guilde d’étudiants, au sein de laquelle ils reçoivent un budget annuel à des fins de formation, d’apprentissage et d’activités professionnelles.

Parallèlement, l’entreprise tient compte des emplois du temps des étudiants et leur permet de prendre des jours de congé pour étudier en vue des examens.

« Je travaille au centre de développement SAP depuis plus d’un an. Concilier travail et études n’a été un problème ni pour moi ni pour l’entreprise », déclare Omri Yaffe, étudiant au centre de développement de l’entreprise.

« Il y a une compréhension et une réflexion autour des périodes de test et des contraintes d’études en général. De plus, nous avons une importante communauté étudiante dans le centre de développement au sein de laquelle nous nous réunissons une fois par mois.

Les étudiants qui animent la communauté animent également le contenu des réunions – que ce soit dans le domaine technologique ou social, et donc il y a aussi des expériences étudiantes en milieu de travail ».

« Vous devez passer au niveau supérieur et réfléchir également à votre carrière »

Yuval Hovav, étudiant en génie biomédical à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva, travaille chez Applied Materials en tant qu’ingénieur d’application PDC. Selon elle, elle n’a ressenti aucune difficulté à trouver l’emploi, elle a été acceptée au premier emploi auquel elle a postulé.

« L’un des outils que l’on acquiert pendant le cursus est la capacité à gérer son temps et ses tâches, c’est certes difficile, mais avec une bonne gestion du temps, c’est possible », déclare-t-elle à propos de la difficulté de concilier les deux mondes. « Au-delà de cela, ‘Applied’ est très attentif aux étudiants qui y travaillent en termes d’engagement dans leurs études. »

« Jusqu’à présent, pendant mes études, je n’ai pas travaillé du tout afin de consacrer le plus de temps possible à mes études », partage Hovav, « j’ai eu beaucoup d’expériences étudiantes et je me suis beaucoup amusée, mais je Je pense qu’au cours de la quatrième année, vous devez passer à l’étape suivante de votre vie et réfléchir à votre carrière et au développement professionnel auquel vous aspirez. »

Contrairement à d’autres étudiants, l’occupation de Yuval Hovav dans l’entreprise ne coïncide pas nécessairement avec son domaine d’études. Pour autant, elle ne considère pas cela comme un problème: « Je pense que chaque étudiant doit se rappeler que pendant le cursus il est exposé à un domaine très restreint dans tout le monde de l’ingénierie, il est donc bon d’avoir l’esprit ouvert, à la fois pendant la recherche d’emploi et pendant le travail lui-même. En ce moment, mon objectif principal est d’étudier autant que possible et en fonction de cela, je décide dans quelle direction je choisis de continuer d’avancer. En ce moment, je suis attirée par l’algorithmique, mais tout est encore ouvert.  »

L’entreprise permet aux étudiants de travailler 50 à 80 % du temps, selon les préférences et les besoins de chaque étudiant. Pendant les examens et au besoin, les pourcentages d’emploi peuvent être abaissés et vous pouvez même reporter la formation pour la période entre les semestres. Selon l’entreprise, la plupart des étudiants employés par Applied occupent un poste à temps plein après l’obtention de leur diplôme.

Tower Semiconducto, la société israélienne de puces de Migdal Ha’Emek qui a été acquise cette année par Intel pour environ 6 milliards de dollars, recrute également en permanence des étudiants pour une grande variété d’emplois, en particulier des étudiants en génie des matériaux, génie chimique, physique, électricité et électronique, ainsi que des ingénieurs électriciens, électroniciens et machines.

L’objectif principal, précise l’entreprise, est de permettre aux étudiants d’intégrer des postes d’ingénierie et de maintenance dans la chaîne de production en tant qu’ingénieurs et techniciens à part entière.

La plupart des étudiants restent dans l’entreprise, et comme ils reçoivent une formation tout en étant encore étudiants, à la fin de leurs études, ils parviennent à progresser et à se développer dans l’organisation dans les différents départements.
Le périmètre de l’emploi dans l’entreprise est flexible, mais les étudiants sont tenus de travailler au moins deux jours
.

Selon les besoins de l’organisation, les étudiants peuvent également effectuer des heures supplémentaires et ainsi augmenter considérablement leur salaire.

Chez Lumenis, un leader mondial dans les domaines des solutions cliniques, minimales et non invasives pour la médecine esthétique et la vision, les étudiants jouent des rôles divers mais importants dans des domaines tels que le développement, l’ingénierie et les opérations ainsi que dans le marketing, la finance et les services, dans postes tels que développeur BI, analyste de projet, assistants de recherche et autres.

Dans l’entreprise, les étudiants sont perçus comme l’avenir des salariés et, à ce titre, les métiers permettent un développement personnel et professionnel.

May Bar On est étudiante en génie biomédical à l’Université de Tel Aviv dans les filières traitement du signal/image et science des données, et prépare en parallèle un master en génie biomédical dans le domaine du traitement du signal et de la vision par ordinateur.

Selon elle, l’équilibre entre études intensives et travail est difficile, mais possible : « Je pense que, comme tout dans la vie, il faut trouver l’équilibre. Dans les années proches du diplôme, on peut choisir une voie avec des cours afin de se concentrer sur un certain domaine, et puis si vous étudiez tout en travaillant dans le même domaine, vous progressez et apprenez beaucoup. La combinaison entre les deux fait un énorme bond en avant à mes yeux », dit-elle.

A la question de savoir si elle a le sentiment d’avoir été « jetée à l’eau » trop vite au travail, elle répond : « C’est une affaire individuelle, il y a ceux qui se sentent prêts à entrer sur le marché du travail déjà vers la fin de première année ou de deuxième année de licence, et il y a ceux qui, même après avoir terminé, ne se sentent pas prêts. A mon avis, il n’y a pas d’étape où l’on se sent vraiment prêt à être projeté dans le « monde des plus grands, et c’est précisément pourquoi, lorsqu’une opportunité se présente, il faut la saisir à deux mains. »

Ce que vous faites maintenant chez « Lumenis » est-il nécessairement ce que vous aimeriez faire à l’avenir ?

May Bar On : « J’espère que ce que je fais aujourd’hui constitue la base de ce que je ferai à l’avenir. J’ai choisi un domaine stimulant qui change de jour en jour et d’heure en heure.
En général, Israël est un moteur de développement, et quand on travaille dans une entreprise dont le coeur est le développement et qui prône l’innovation, l’envie d’aller de l’avant
est toujours  présent. »

May Bar On dit que le processus de recherche d’emploi n’a pas été facile pour elle, car elle cherchait un poste traitant de deux domaines spécifiques – algorithmique et médical. « Pendant que je cherchais un emploi, je suis tombée sur des emplois qui correspondaient à mon statut d’étudiant, mais le domaine spécifique que je voulais était difficile à trouver. Il faut faire des concessions dans la mesure du possible. Par exemple, je me déplace de Tel Aviv à Yokneam pour le travail », dit-elle.

Chez ‘Lumenis’, nous accordons une grande importance à l’expérience professionnelle acquise par les étudiants au cours de leurs études et sommes fiers des possibilités de croissance et de développement personnel acquises au long de leur parcours.

Dans ce cadre, l’entreprise a lancé un programme unique pour les étudiants sous le nom de LumeniStudents, dans lequel les étudiants se réunissent une fois tous les quelques mois .

L’entreprise explique que les étudiants travaillent généralement environ 3 jours par semaine, mais la portée du travail est flexible et change en fonction des exigences du poste et des souhaits de l’étudiant.

Par exemple, lors de périodes stressantes comme la période des examens, elles permettent une plus grande flexibilité professionnelle. De plus, les employés bénéficient d’avantages, d’activités d’enrichissement et d’événements de contribution communautaire comme tous les employés de l’entreprise, et reçoivent même parfois une attention particulière sous la forme de bons de crème glacée lors des examens. Rien que pour ça ça vaut le coup.

w1.alliancefr.com

Partager :