Partager :

En Israël on ne mesure pas encore les retombées de la chute de FTX. Selon Reuters : « Placée vendredi sous la protection du chapitre 11 de la loi des faillites américaine après le retrait en urgence de 6 milliards de dollars de la plate-forme en seulement 72 heures par des traders et l’abandon du projet de sauvetage de la bourse concurrente binance, FTX, l’une des principales plates-formes d’échange de cryptoactifs du monde, fait désormais l’objet d’un examen minutieux de la part des enquêteurs des Bahamas.

Ces derniers cherchent à déterminer si une « faute criminelle » a été commise, a déclaré dimanche la police royale de l’archipel. Dans un communiqué, la police a déclaré qu’« à la lumière de l’effondrement de FTX à l’échelle mondiale et de la liquidation provisoire de FTX Digital Markets Ltd, une équipe d’enquêteurs financiers de la « Financial Crimes Investigation Branch » travaillait en étroite collaboration avec la Commission des valeurs mobilières des Bahamas pour déterminer si une quelconque faute criminelle a été commise ».

Sécuriser les actifs

John J. Ray, le nouveau directeur général de la société a déclaré samedi que FTX travaillait avec les forces de l’ordre et les régulateurs et qu’elle faisait « tous les efforts possibles pour sécuriser tous les actifs, où qu’ils se trouvent ». La chute de la plate-forme a vu son fondateur, Sam Bankman-Fried, âgé de 30 ans, passer du statut d’enfant-vedette de la crypto-monnaie à celui de protagoniste du plus grand crash du secteur. Bankman-Fried, qui vit aux Bahamas, a également fait l’objet de spéculations quant à sa localisation et a démenti sur Twitter les rumeurs selon lesquelles il se serait enfui en Amérique du Sud. Samedi, il a déclaré à Reuters qu’il se trouvait aux Bahamas.

Au moins 1 milliard de dollars puisé dans les dépôts des clients de FTX a disparu, ont déclaré deux sources à Reuters vendredi. Selon ces sources, Bankman-Fried, a transféré 10 milliards de dollars depuis des dépôts des clients de FTX vers sa société d’analyse financière, Alameda Research.

De nouveaux problèmes ont émergé samedi lorsque le conseiller général américain de FTX, Ryne Miller, a déclaré dans un message sur Twitter que les actifs numériques de l’entreprise étaient déplacés dans ce qu’on appelle un stockage à froid « pour atténuer les dommages en cas d’observation de transactions non autorisées ».

 

Partager :