Partager :

Une résolution anti-israélienne déposée par les Palestiniens devant la commission de l’ONU pour la politique et la décolonisation, a été adoptée. 98 Etats ont voté pour, 17 contre et 52 se sont abstenus.

La résolution dispose que le Tribunal International de la Haye doit être saisi afin de définir  »l’occupation continue d’Israël » comme définitive et non provisoire. Les Palestiniens demandaient de revenir sur la définition adoptée par l’ONU dans la résolution 242 au lendemain de la Guerre des Six Jours, dans laquelle la présence d’Israël dans les territoires dits  »occupés » devait prendre fin dans le cadre de négociations: des territoires en échange de la paix. Les Palestiniens estiment que la situation sur le terrain équivaut à une annexion et demande au Tribunal international de statuer de l’attitude à adopter vis-à-vis d’Israël en terme de sanctions, boycott et mesures opérationnelles.

Dans les jours qui ont précédé le vote, les diplomates et leaders israéliens ont tenté de faire échouer ce vote. Le Premier ministre Lapid a demandé au Président Herzog de s’entretenir avec Mahmoud Abbas afin que ce dernier accepte de ne pas présenter la résolution, mais en vain.

Lapid et Herzog ont également fait pression sur le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, afin que les Etats-Unis utilisent leur poids au sein de l’ONU pour qu’une telle résolution ne soit pas présentée. Mais à Washington, on a fait preuve de peu d’enthousiasme pour fournir le maximum d’efforts dans ce sens.

 

Finalement, la résolution a donc été adoptée. Parmi les 98 pays qui ont voté pour, on trouve la Belgique, la Turquie, le Maroc, l’Egypte, la Jordanie, l’Irlande, la Pologne, la Slovénie et l’Ukraine. La France, quant à elle, s’est abstenue.

Les Etats-Unis ont voté contre avec l’Allemagne, le Canada, la République tchèque, l’Australie, l’Autriche et l’Italie. L’Albanie s’était abstenue mais immédiatement après le vote, l’ambassadeur albanais s’est fait rappeler à l’ordre par son gouvernement qui s’était entendu avec Guilad Erdan – l’ambassadeur israélien – pour voter contre. L’ambassadeur albanais s’est dépêché de déposer une requête au secrétariat de l’ONU. Le vote de l’Albanie a donc été modifié et le pays a voté contre.

La résolution doit maintenant passer devant l’Assemblée générale des Nations Unies afin d’entrer en vigueur.

 

Certains diplomates israéliens estiment que le vote de cette résolution est, pour certains pays, un message qu’ils ont voulu envoyer au nouveau gouvernement israélien, notamment en mettant en garde les éléments les plus à droite qui le composent.

 

Le Premier ministre, Yaïr Lapid, a condamné l’adoption de cette résolution:  »Israël rejette totalement la proposition palestinienne. Il s’agit d’un processus palestinien unilatéral qui contrevient aux principes fondamentaux qui sous-tendent une solution au conflit et qui peut nuire à toute possibilité d’une résolution future. Les Palestiniens cherchent à remplacer les négociations par des actions unilatérales. Ils utilisent, une fois de plus, les Nations Unies pour attaquer Israël. Une telle démarche ne changera pas la réalité sur le terrain et ne bénéficiera pas au peuple palestinien. Elle peut entrainer une escalade. Soutenir cette démarche c’est récompenser le terrorisme et participer à une campagne anti-israélienne. Nous appelons tous les pays qui ont soutenu la résolution hier à réviser leur position dans le cadre du vote à l’Assemblée générale. Le chemin vers une résolution du conflit ne passe pas par les couloirs de l’ONU ni aucune autre organisation internationale ».

L’ambassadeur Guilad Erdan a attaqué les Palestiniens:  »Les mensonges et l’hypocrisie des Palestiniens sont sans bornes. Ce sont eux qui ont refusé toute initiative de paix depuis 1947 jusqu’à aujourd’hui et maintenant ils se servent du prétexte du conflit irrésolu pour se tourner vers le tribunal de La Haye? Ce conflit est irrésolu en raison de leur soutien au terrorisme, en raison de leur haine et de leur rejet de la paix. Maintenant que le conflit va être porté devant le tribunal international, les Palestiniens ont un nouveau prétexte pour boycotter tout dialogue et perpétuer le conflit. Les Palestiniens ne vont pas nous apprendre ce que sont la paix et les droits de l’Homme. Israël a signé ces deux dernières années, quatre traités de paix. Il est la seule démocratie libérale du Proche-Orient. Nous éduquons nos enfants à la paix et à la coexistence. La culture de la haine et de la violence des Palestiniens empoisonne des générations et aujourd’hui, leur démarche va ruiner toute chance de réconciliation ».

COPYRIGHTS.

//lphinfo.com

 

Partager :