Partager :
Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement en état de guerre, signent jeudi un accord délimitant leur frontière maritime après des mois de négociations ardues par l’entremise des Etats-Unis, qui assure la répartition de précieux gisements gaziers offshore en Méditerranée orientale. (i24News)
Selon (1) : « Israël n’aurait pas finalisé avec la société française Total les montants d’une compensation. Total détient les droits sur 40% du champ, et Israël doit régler avec ce groupe la question de la compensation pour la zone donnée.

On sait qu’Israël exige de Total un acompte de 30% des paiements de concession auxquels il a droit en cas de développement commercial du champ. Or, selon le journal The Marker mercredi soir, les négociations du côté israélien ont été menées dans la précipitation sous la pression des circonstances (menaces du Hezbollah, élections à venir, etc.), et à ce jour il n’y a pas d’accord clair avec Total .

Des sources bien informées ont déclaré à la publication que le Département de l’énergie avait embauché d’urgence des avocats étrangers et des spécialistes israéliens du droit commercial international. Mais tout cela a été fait à la hâte et trop tard – le groupe qui prépare la partie commerciale de l’accord n’a eu que deux semaines.

En conséquence, Israël signera ce jour un accord sur la frontière maritime sans sécuriser ses intérêts économiques dans la zone qu’il cède au Liban. Ce n’est pas seulement le champ de Saida-Kana, mais aussi d’autres qui s’y ouvriront à l’avenir ».

(1) SOURCES. //infos-israel.news/

Partager :