Partager :

Une employée de Google qui est devenue l’opposante la plus virulente à un contrat de l’entreprise avec l’armée israélienne a déclaré qu’elle démissionnait après avoir affirmé que Google avait tenté de prendre des mesures de rétorsion à son encontre en raison de son activisme anti-israélien.

L’employée, Ariel Koren, juive « post-sionist »e de 28 ans, a adressé un mémo à ses collègues pour leur annoncer son départ de Google à la fin de la semaine.

Elle a passé plus d’un an à s’organiser contre le projet Nimbus, un contrat de 1,2 milliard de dollars de Google et Amazon pour fournir à Israël et à son armée des outils d’intelligence artificielle et d’autres services informatiques.

« Google réduit systématiquement au silence les voix palestiniennes, juives, arabes et musulmanes qui s’inquiètent de la complicité de Google dans les violations des droits de l’homme des Palestiniens – au point d’exercer des représailles officielles contre les travailleurs et de créer un environnement de peur », a écrit Mme Koren dans la lettre expliquant sa décision de démissionner.

Koren est la dernière en date d’une série d’employés de Google qui ont accusé la société de représailles pour leur activisme.

Certains employés affirment que l’entreprise applique injustement ses règles de modération du contenu, créant ainsi un double standard : « Les discours soutenant le gouvernement israélien sont autorisés, tandis que les discours soutenant les Palestiniens sont signalés et constituent parfois une infraction punissable », accusent-ils.

Dichotomie au sein de Google.

Leur critique a ceci de remarquable que Google, et YouTube en particulier, appliquent également un double standard dans ses règles de modération du contenu sur ses plateformes publiques, mais c’est le standard inverse : ils censurent les voix pro-israéliennes et punissent les médias pro-israéliens. Si l’histoire rapportée par Koren est vraie, Google fait donc, concernant Israël et les Arabes, le contraire en privé de ce qu’il fait en public !

Pour étayer cette thèse, voici encore quelques témoignages rapportés par l’article du New York Times

  • Six Palestiniens, qui ont fourni des remarques anonymes lues à haute voix par des collègues, ont déclaré qu’ils ne se sentaient pas en sécurité pour exprimer leurs opinions au sein de l’entreprise.

« Le Projet Nimbus me donne l’impression de gagner ma vie sur le dos de l’oppression de ma famille », a déclaré l’un des travailleurs.

  • Certains employés disent avoir été punis ou réprimandés pour ce qui a été considéré comme de l’antisémitisme, à savoir proclamer « Soutenez la Palestine. »
  • Une personne a déclaré qu’un collègue l’avait accusée d’antisémitisme pour s’être identifiée comme une « Américaine palestinienne ».
  • Un autre employé a déclaré dans une interview qu’il avait été contraint de rencontrer les ressources humaines après que des collègues l’aient dénoncé à plusieurs reprises pour antisémitisme pendant plusieurs mois.

    Il avait inclus : « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre » dans son profil d’entreprise – et l’a retiré lorsqu’on lui a demandé de le faire.

© Jean-Patrick Grumberg pour Israël 24/7.org

Source : https://www.nytimes.com/2022/08/30/technology/google-employee-israel.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Israël 24/7 ne vous spammera jamais ! 

Partager :