Partager :

Six mois après son entrée au Parlement, David Cameron, l’ancien 1er ministre anglais avait voulu agir pour la technologie britannique et concurrencer la Silicon Valley en créant un centre à l’est de Londres qui s’étendrait de Shoreditch à Old Street jusqu’au parc olympique. »

Parmi les groupes mis en place pour aider à favoriser la vision de Cameron, il y avait Tech City, rebaptisée plus tard Tech Nation, une entreprise financée par le gouvernement qui cherchait à accélérer la croissance des entreprises du secteur et à agir, mais dix ans après, Tech Nation est cependant en crise. On s’attend à ce qu’elle perde une subvention gouvernementale essentielle, le Digital Growth Fund, qui représente la majorité de ses revenus et s’élève à 12 millions de livres sterling au cours des deux prochaines années, l’argent allant plutôt au programme de croissance Eagle Labs de Barclays pour les jeunes entreprises.

Certaines sources remettent en question la diversité régionale du programme Tech Nation, qui, jusqu’à récemment, profitait essentiellement aux start-ups londoniennes. Selon certaines sources, des pays comme l’Écosse et l’Irlande du Nord ont bénéficié de peu de soutien de la part de l’organisme, qui emploie 100 personnes et est basé juste au nord d’Old Street, à Hackney.

Officiellement lancé en 2011, Tech Nation propose des programmes gratuits destinés à aider les fondateurs à se constituer un réseau, à attirer des investissements et à trouver des talents. Initialement centrée sur l’est de Londres, sa mission s’est depuis étendue pour stimuler les entreprises technologiques dans tout le Royaume-Uni.

Il ne fait aucun doute qu’au cours de la dernière décennie, le financement des jeunes entreprises technologiques britanniques a explosé. Il a culminé à plus de 40 milliards de dollars (36 milliards de livres) l’année dernière, selon les chiffres de Tech Nation.

Daniel Korski, directeur général de la société de capital-risque Public et ancien conseiller spécial de David Cameron, déclare : « Le travail de soutien aux jeunes entreprises du Royaume-Uni n’est absolument pas terminé. En fait, les investissements de départ ont récemment diminué et l’accès aux réseaux et aux capitaux est très inégal dans le pays. Il y a donc de fortes raisons pour que le gouvernement continue à défendre le secteur et à soutenir les startups. Tous les autres pays avec lesquels nous sommes en concurrence, de la France à Israël, font exactement cela. Nous devrions faire de même ».

« TechNation a naturellement évolué depuis sa création et s’est concentré principalement sur le Silicon Roundabout et peut encore évoluer. Rien ne doit rester statique. Mais surtout, il est extrêmement important de ne pas confier la tâche de soutenir les startups aux opérateurs historiques qu’elles sont censées perturber. Cela saperait tout le travail accompli depuis 2010 ».

Plus de 4 000 entreprises ont suivi l’un de ses programmes, ajoute-t-il. Tech Nation ne dépend plus à 100 % du financement public, bien que l’argent public représente 62 % de ses revenus.

Un porte-parole du DCMS a déclaré : « Le passage à un financement concurrentiel n’est pas lié aux performances de Tech Nation, mais à l’alignement sur la majorité des subventions gouvernementales qui sont accordées sur une base concurrentielle.

« Aucune décision finale n’a été prise et le bénéficiaire de la subvention sera l’organisation ou les organisations les plus aptes à stimuler la croissance du secteur technologique au Royaume-Uni, tout en garantissant un bon rapport qualité-prix aux contribuables. »

Dix ans après le lancement par M. Cameron de son programme East London Tech City, l’importance du quartier d’Old Street a commencé à s’estomper. L’année dernière, l’influent programme de Google pour les start-ups, Google Campus, a annoncé qu’il ne rouvrirait pas son centre de co-working à la suite de la pandémie.

Pourtant, les investisseurs en technologie affirment que le gouvernement a tiré une mauvaise conclusion s’il pense que le travail pour faire de la Grande-Bretagne un centre technologique est terminé, après une série d’introductions en bourse peu impressionnantes et un ralentissement du financement.

Source : Telegraph & Israël Valley

 

Partager :