Partager :

L’ingénieur et fondateur de start-up Ari Gargir était sur une scène à Dubaï lorsqu’il a appris qu’il allait recevoir 500 000 dollars de la Fondation Aviram qui gère un un concours unique en son genre lancé cette année pour récompenser les jeunes entreprises du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord susceptibles de bénéficier à la société et pour encourager les entrepreneurs prometteurs à combiner affaires et impact social.

Tout d’abord, il a injecté les 500 000 dollars pour sa société, RedC Biotech – lancée en 2015 pour produire en masse des globules rouges – que Gargir utilise pour augmenter l’espace du laboratoire et les salaires du personnel.

« Nous faisons de la biotechnologie, ce n’est donc pas une industrie qui évolue rapidement », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas une recherche au rythme effréné – cela prend du temps. Il y a toujours des défis à relever, mais il y a toujours des progrès. »

M. Gargir a actuellement trois membres d’équipe qui travaillent dans son laboratoire pour développer des lignées de cellules souches et il espère s’agrandir autant que possible. Il continuera à investir l’argent du prix dans l’acquisition d’espace et de matériel de laboratoire, le paiement des salaires et la recherche et le développement de lignées de cellules souches de qualité.

Mais Gargir recherche également des mentors ayant une expertise dans d’autres domaines dans lesquels il peut apprendre et se développer, et ceux qui peuvent l’aider à relever les défis dans le domaine des affaires et de la biotechnologie.

Aujourd’hui, l’un de ces mentors est Ziv Aviram, l’un des managers les plus estimés d’Israël, qui, en plus de diriger la Fondation Aviram avec ses enfants, a cofondé les entreprises à succès Mobileye et OrCam. Gargir a bénéficié du mentorat d’Aviram dans le cadre de sa victoire et affirme que cette relation est un atout permanent.

Depuis la remise des prix Aviram à Dubaï, Gargir et Aviram se rencontreront régulièrement pour discuter des défis et des opportunités commerciales. « Je suis vraiment honoré », déclare Gargir. « Cela fait du bien de savoir que vous avez quelqu’un avec de telles connaissances et une telle expérience que vous pouvez simplement appeler. »

Il faut préciser que la genèse de RedC Biotech remonte aux années 1990, lorsque Gargir a subi un grave accident de parapente dans le nord d’Israël, nécessitant l’intervention d’un hélicoptère pour l’extraire. Il a subi de graves lésions pulmonaires et a dû recevoir une transfusion sanguine pour lui sauver la vie. Ces unités de sang ont non seulement galvanisé la création de RedC Biotech, mais sont également devenues une partie essentielle de l’histoire que Gargir partage avec des investisseurs potentiels. « L’histoire personnelle est quelque chose d’important [et] d’efficace », a-t-il déclaré.

Source : Forbes & Israël Valley

 

Partager :