Partager :

Des archéologues effectuant des fouilles près de Tel Aviv, en Israël, ont mis au jour des preuves de la présence d’opium, un stupéfiant, dans des tombes vieilles de 3 400 ans. L’opium a été découvert dans huit récipients en poterie trouvés dans le cadre d’une série de sépultures de l’âge du bronze tardif. Cette annonce surprenante soulève toute une série de questions. Comment la substance est-elle arrivée là ? À quoi servait l’opium ? Et, pourquoi a-t-elle été découverte dans des tombes ?

Les tombes elles-mêmes ont été fouillées en 2012 dans le cadre d’un projet plus vaste supervisé par l’Autorité israélienne des antiquités. Les récipients découverts enterrés aux côtés des restes humains ont ensuite fait l’objet d’une enquête plus approfondie et d’une analyse chimique. Des scientifiques de l’Institut Weizmann des sciences et des archéologues de l’Université de Tel Aviv ont collaboré à l’examen et à l’interprétation des résidus trouvés dans les bocaux. Les résultats ont montré la présence d’alcaloïdes d’opium dans un certain nombre de récipients différents, y compris des jarres cananéennes produites localement et des cruches à base annulaire de forme particulière provenant de Chypre. Les cruches à anneau de base – qui, soit dit en passant, ressemblent à la forme d’une fleur de pavot fermée inversée – contenaient les plus fortes concentrations d’opium.

Aujourd’hui, le pavot est surtout connu comme une délicieuse garniture de bagel ou comme la matière première de l’héroïne ou de la morphine.

La plus ancienne mention du pavot à opium (papaver somniferum) provient d’une tablette d’argile sumérienne inscrite vers 3 000 avant J.-C. Les tablettes, qui fournissent des instructions pour cultiver la plante, l’appellent « Gil » ou « bonheur ». Les Sumériens récoltaient le jus de pavot sur les grandes plantes tôt le matin, puis le stockaient dans des jarres en argile.

Selon Mark David Merlin, l’auteur de On the Trail of the Ancient Opium Poppy, la plupart, voire tous les « peuples préhistoriques qui ont utilisé le pavot à opium pour produire des drogues, l’ont probablement fait en faisant bouillir, tremper ou faire tremper les capsules afin d’en extraire les ingrédients psychoactifs ». L’opium était ensuite transporté sous forme liquide.

Malgré l’abondance de preuves de la consommation d’opium en Crète, à Chypre, en Espagne, en Égypte et dans l’ancienne Sumer, les chercheurs se sont demandé si le commerce de l’opium était important au Levant. L’étude de Merlin, par exemple, ne l’incluait pas et certains pensaient que les cruches à anneau de fond étaient utilisées pour les huiles aromatiques.

Cette nouvelle étude, qui analyse les résidus dans des objets découverts dans un contexte archéologique à Tel Yehud (7 miles au sud-est de Tel Aviv), offre des résultats plus fiables car la possibilité de contamination est presque négligeable. Le fait que des alcaloïdes d’opium aient été trouvés à la fois dans les cruches à anneau de base et dans les jarres de fabrication locale suggère qu’il existait un commerce dynamique de l’opium.

Les auteurs de l’étude affirment que « les cruches à anneau de base et les pichets étaient utilisés pour stocker et transporter l’opium de Chypre au Levant ». Une fois l’opium arrivé au Levant, écrivent-ils, il était dilué dans des jarres plus grandes contenant de l’huile végétale. En tant que stimulant à usage religieux, médicinal et rituel, l’opium aurait eu une valeur économique élevée. Le processus de dilution était soit destiné à étirer l’opium – tout comme les narcotiques modernes peuvent être « coupés » avec d’autres substances – soit simplement à le préserver.

Le plus grand mystère, cependant, est peut-être le rôle que l’opium a joué dans les rituels funéraires de l’ancienne Canaan. L’opium étant associé au sommeil réparateur et à la mort, il est possible que cette substance ait joué un rôle symbolique en facilitant le passage du défunt dans l’au-delà.

Les chercheurs impliqués dans l’étude ont émis l’hypothèse d’utilisations rituelles plus élaborées. S’adressant au Guardian, le Dr Ron Be’eri, de l’Autorité israélienne des antiquités, a déclaré que les pots d’opium étaient probablement « placés dans les tombes pour des repas cérémoniels, des rites et des rituels accomplis par les vivants pour les membres décédés de leur famille ». Au cours de ces repas rituels, « les membres de la famille ou un prêtre en leur nom » tentaient « d’invoquer l’esprit de leurs proches décédés… et d’entrer dans un état extatique en consommant de l’opium ».

Ce qui n’est pas clair, c’est si l’opium servait à atténuer la douleur des personnes en deuil, à convoquer le parent décédé ou à invoquer les esprits d’autres parents comme source de soutien pour les personnes récemment décédées. En fin de compte, dit Be’eri, nous sommes dans le domaine de la spéculation.

Source : The DailyBeast & Israël Valley

 

Partager :