Partager :

ISRAELVALLEY SPECIAL. Un sujet délicat pour notre journal en ligne qui préfère traiter des succès israéliens. On en parle beaucoup en Israël. Donc, nous traitons le sujet… un peu forcé (IsraelValley n’est pas un journal de propagande)!

La pègre israélienne basée à Tel-Aviv (les voleurs ont des bureaux à deux pas du Dan Panorama Hotel) spécialisée dans les crypto-monnaies est inquiète. Un énorme marché va se fermer : la Grand-Bretagne. Un projet de loi sur la criminalité économique et la transparence des entreprises a été présenté au Parlement britannique, qui étend les pouvoirs de la police en ce qui concerne les crypto-monnaies afin de lutter contre la cybercriminalité, le blanchiment d’argent et les « kleptocrates étrangers ».

Le “Crypto Crime Report”, la société spécialisée dans l’analyse et la prévention des risques cyber, Chainalysis, met cette augmentation des activités illégales en exergue. On y apprend notamment que la crypto-criminalité a pesé pour 14 milliards de dollars en 2021, représentant un accroissement de 79 % en rapport au chiffre collecté en 2020. 

SELON (1) : « Bien que le projet de loi ne cible pas spécifiquement les crypto-monnaies, il permettra aux organismes chargés de l’application de la loi, tels que la National Crime Agency, de « saisir, geler et restituer les crypto-actifs » plus facilement et plus rapidement sur la base de la disposition des « produits de Crime Act », la loi adoptée en 2002 pour lutter contre le blanchiment d’argent.

Le PDG de la National Crime Agency, Graham Biggar, a déclaré dans un communiqué: « Les criminels nationaux et internationaux blanchissent le produit de leurs crimes et de leur corruption depuis des années en abusant des structures des entreprises britanniques et utilisent de plus en plus les crypto-monnaies. »

La loi sur la criminalité économique et la transparence des entreprises, présentée au Parlement par @UKHomeOffice et @BEISgovuk, vise à lutter contre la criminalité économique, à renforcer les pouvoirs des régulateurs des services juridiques tout en réduisant le blanchiment d’argent, la fraude et les violations des sanctions.

Le ministère de la Justice a écrit sur son profil Twitter officiel :

L’été dernier, la British Metropolitan Police (Met) Economic Crime Unit a saisi des centaines de millions de dollars de crypto-monnaies lors de deux raids distincts. En juin, le Met a confisqué 158 millions de dollars après avoir enquêté sur un certain nombre d’infractions de blanchiment d’argent.

À peine trois semaines plus tard, dans la même enquête, le Met a dépassé l’arrestation précédente et a confisqué 250 millions de dollars.

 

En général, le Royaume-Uni s’est engagé à utiliser la crypto-monnaie comme une technologie potentiellement révolutionnaire. L’ancien gouvernement britannique a été particulièrement fidèle aux crypto-monnaies, à tel point qu’en avril, il a annoncé son intention de devenir un «centre mondial de la technologie des actifs cryptographiques».

À l’époque, le chancelier de l’Échiquier de l’époque, Rishi Sunak, a déclaré dans une déclaration préparée: «Je m’engage à faire du Royaume-Uni une plaque tournante mondiale pour la technologie des actifs cryptographiques et les mesures que nous avons décrites aujourd’hui aideront à garantir que les entreprises peuvent investir, innover et évoluer. dans ce pays. »

La principale proposition de Sunak pour la réglementation des crypto-monnaies était de réglementer les stablecoins en tant que « mode de paiement reconnu ».

Le gouvernement britannique a également annoncé qu’il travaillait avec la Royal Mint – le producteur officiel de pièces britanniques – pour émettre des NFT, qui devaient initialement être publiés d’ici l’été.

(1) ://yoopply.com/

Partager :