Partager :

27 entreprises high-tech israéliennes participent à la convention high-tech de l’association « Clear Giving », fondée par Oren Dobronsky, et prendront en charge plus de 200 familles dans la précarité pour les aider à  acheter de la nourriture pendant les fêtes.

« La convention est une sorte de projet national, pour montrer que la couche forte en Israël, qui est la high-tech, contribue directement aux familles de la couche faible », déclare Oren Dobronsky.

Plus de 200 familles dans le besoin feront leurs courses pour Rosh Hashanah, entre autres en utilisant des bons d’achat intelligents qu’ils ont reçus d’entreprises de haute technologie israéliennes. Il s’agit d’une initiative de l’association Clear Giving , créée par l’entrepreneur et investisseur Oren Dobronsky.

« L’association permet aux gens de faire un don directement aux familles dans le besoin d’Israël, qui nous ont été référées par les services sociaux. Les donateurs lisent les histoires des familles sur notre site Web, bien sûr de manière anonyme, et nous leur permettons de collecter jusqu’à 700 NIS par mois,qu’ils reçoivent avec une carte magnétique qui leur permet d’acheter de la nourriture dans 10 chaînes », explique Oren Dubronsky « Nous transférons 100% de l’argent des donneurs aux familles et ne prenons rien pour l’opération. Dès que la famille a des donneurs pour 700 NIS par mois, elle quitte le site. »

Le fond de l’ouverture de l’association était une volonté d’ouvrir une plateforme transparente de collecte de dons pour ceux qui en ont besoin :
« Je voulais apporter ce que je connais du monde des startups et de la haute technologie au monde des dons, pour que les gens sachent exactement où allait leur argent. D’où le nom « Clear Giving ». À ce jour, nous avons aidé plus de 1 100 familles avec de jeunes enfants qui se situent au bas de l’échelle des capacités », déclare Dobronsky.

700 NIS suffisent-ils ?

« C’est incroyable comme les familles sont efficaces et combien elles achètent des produits de base. D’après le travail que nous avons fait avec une assistante sociale, nous nous sommes rendu compte que cela remplissait leur réfrigérateur pendant un mois. Concernant l’inflation, il est clair que lorsqu’il y a une augmentation des prix, ils peut acheter moins. Peut-être qu’il y aura un moment où nous déciderons de changer le panier. »

« Le dilemme est de savoir s’il faut donner plus à chaque famille ou donner à un plus grand nombre de familles. Nous n’opérons que dans 25 villes et nous aimerions atteindre l’ensemble du pays, certainement les villes les plus nécessiteuses. L’équilibre entre 700 NIS et 900 NIS est très important. Un panier moyen dépasse 350 shekels, et nous donnons aux familles la possibilité de choisir parmi une variété de chaînes le panier alimentaire qui leur convient. Cela contraste avec un panier alimentaire qui est choisi pour elles. Il y a plus de 10 chaînes auxquelles ils peuvent accéder. »

« Malheureusement, ceux qui entrent dans le cycle de la pauvreté n’en sortent pas, par exemple une famille dont la mère et le père ne peuvent pas travailler ou dont l’enfant est très malade. C’est pourquoi 90 % des familles restent avec nous au fil des ans.
Nous sont toujours en contact avec la famille et aussi avec les services sociaux. Si l’un des parents, par exemple, commence à travailler, nous recevons un rapport à ce sujet et, sur la base des relevés de compte bancaire, nous décidons de le retirer ou non de la soutien/ La plupart d’entre eux sont restés avec nous. »

Après le succès des dons de particuliers, Oren Dobronski a fondé cette année la Hi-Tech Convention , qui se compose actuellement de 27 entreprises de haute technologie, qui font un don mensuel au nom de chacun de leurs employés – 40 NIS – le coût moyen d’un déjeuner.

«  L’idée vient et dit – il n’y a pas de petite ou de grande entreprise qui ne peut pas donner un déjeuner par employé et par mois. C’est ce qui nous permet de venir avec un message fort aux entreprises, car c’est un montant relativement négligeable mais cumulé c’est pas négligeable. Actuellement, il y a 27 entreprises qui donnent au nom de 4 000 employés plus de 160 mille shekels par mois. Cela soutient 233 familles. L’accord est une sorte de projet national. », explique Dobronsky.

L’État d’Israël  ne devrait-il pas s’occuper d’eux ?

« Aux États-Unis, il est très courant que les riches participent et apportent une contribution, au-delà de ce que fait l’État. Dans notre cas, je ne dis pas si l’État fait du bon travail ou non, mais nous faisons quelque chose très direct et très efficace. »

L’entrepreneur social Adi Altshuler a déclaré dans une interview à « Haaretz » que les nouveaux riches de la haute technologie sont « avares et arrogants ».
Qu’est-ce que vous pensez?

« Je suis fortement en désaccord avec cette affirmation. La haute technologie israélienne est très impliquée et mobilisée, et presque toutes les entreprises avec lesquelles j’ai parlé,  ont des budgets pour les dons et la philanthropie.

Simplement, ce qui se passe, c’est qu’elles le font très décentralisée – l’une aide les femmes battues, une autre aide l’éducation dans la périphérie, et j’ai dit : ‘mobilisons-nous en tant qu’industrie pour un projet où les ressources sont mutualisées.’ J’ai immédiatement fait venir 11 entreprises fondatrices, qui sont vraiment impliquées dans l’activité. »

« Concernant le nombre relativement restreint d’entreprises, je peux dire que nous avons traversé une période difficile, nous avons lancé la charte il y a environ six mois et c’est précisément le moment où le marché pour de nombreuses entreprises était très turbulent. Ce ne sont pas des temps faciles, mais ce n’est que le début du chemin et, à mon avis, 4 000 employés, c’est beaucoup par rapport au peu de temps pendant lequel nous opérons. »

Oren Dobronski note qu’il a bientôt l’intention de permettre aux employés de faire eux-mêmes un don à Clear Giving, au-delà de ce que l’entreprise donne en leur nom.

Quelle sera la situation de la haute technologie dans le futur ?

« C’est difficile à savoir, nous vivons une époque très difficile à bien des égards. C’est même au-delà du marché de la haute technologie, mais plutôt du grand marché financier.

Quiconque suit comprend que maintenant de très grandes choses bougent dans le monde, c’est difficile d’évaluer ce qu’est un enfant au jour le jour. Il s’agit de changements monétaires au niveau des gouvernements, c’est certainement très influent sur la haute technologie, mais au final, il faut se rappeler que la haute technologie non seulement ne va pas disparaître , mais elle occupe chaque année de plus en plus de place dans l’économie mondiale.

« Quiconque pense que c’est la fin est dans le faux.  Israël a été béni avec la meilleure haute technologie au monde, certainement par rapport au nombre de la population, donc je pense que les choses iront mieux .

Nous ne devons pas constamment nous concentrer sur ce qui se passe sur le marché boursier, mais regarder la situation dans son ensemble. »

Parmi les entreprises de haute technologie israéliennes qui participent au projet figurent
e-toro, Blue White Robotics et Ten Bis. « Nous sommes fiers de faire partie des 11 entreprises fondatrices de la ‘Charte High-Tech’« , déclare Miri Kedem, vice-présidente des ressources humaines d’e-toro. « La capacité d’aider directement et efficacement les familles tout au long de l’année, et surtout à l’approche des fêtes, donne à ce partenariat un sens unique – et nous nous en félicitons. »

« Les valeurs fondamentales de notre entreprise sont l’innovation et l’amour du pays, et notre capacité à prendre part à un projet aussi important qui incarne les trois nous procure une grande satisfaction », ajoute Ben Alfi, PDG de Blue White Robotics.

« Nous travaillons chaque jour pour prévenir la crise alimentaire mondiale et la connaissance que les gens vivent dans l’insécurité alimentaire nous oblige tous, en tant que communauté, à agir. »

SOURCES ET COPYRIGHTS. Alliancefr.com
tel : 01 70 00 75 7

Partager :