Partager :

La voiture électrique Geometry C produite par le constructeur automobile chinois Geely Auto Group est devenue le modèle de véhicule le plus vendu en Israël en août, marquant la première fois qu’une voiture électrique (VE) est en tête de la liste mensuelle de tous les modèles de véhicules vendus dans le pays, selon les chiffres récemment publiés par l’Association des importateurs de véhicules d’Israël.

Ce n’est pas une surprise. Avec son allure chic, son prix raisonnable et sa faible consommation d’énergie, la Geometry C a atteint près de 22 % de part de marché sur le marché israélien des VE au cours du premier semestre 2022 et a également été désignée par Auto, le principal magazine automobile israélien, comme lauréate dans la catégorie « Meilleur achat de l’année ».

Au total, 10 460 nouveaux VE auraient été livrés aux clients en Israël à la fin du mois de juillet, soit 70 % de plus qu’à la même période de l’année précédente, parmi lesquels, les plus vendus étaient toujours les Geometry C.

Les performances impressionnantes de ce modèle illustrent la forte dynamique d’au moins 10 marques chinoises de VE sur le marché israélien, dont Hongqi, BYD, Weilai, Skyworth et Great Wall.

En tant que territoire relativement petit avec une population dense, Israël est considéré comme ayant un potentiel considérable pour adopter les VE.

Israël possède ses propres « sources de gaz naturel, des prix de l’électricité relativement bas et des prix élevés des carburants qui peuvent pousser le marché à adopter des VE basés sur l’électricité produite à partir de gaz naturel », a déclaré l’analyste économique israélien Michal Reut-Gelbart, notant que les prix des batteries des VE ont chuté de 70 % dans le pays au cours des sept dernières années.

Israël est également connu pour être un pays qui a tendance à adopter la technologie et l’innovation, ce qui pourrait faciliter la transition vers le transport électrique, a ajouté M? Reut-Gelbart, qui est également une ancienne fonctionnaire de la division du budget du ministère israélien des finances.

L’intérêt pour les voitures électriques a connu un pic en Israël depuis l’entrée de Tesla sur son marché en février 2021. D’autres modèles de VE, notamment ceux fabriqués par les constructeurs automobiles chinois, n’ont pas tardé à faire de grandes avancées.

En 2019, il n’y avait que 12 modèles de VE en Israël ; alors que maintenant, le nombre d’options pour les consommateurs israéliens a doublé avec des marques et des prix diversifiés.

Comme beaucoup d’autres, le gouvernement israélien a mené des politiques visant à encourager le public à utiliser les VE, dans l’espoir de réduire les coûts et de diminuer considérablement les émissions. Ainsi, en octobre 2021, l’ancien Premier ministre Naftali Bennett a annoncé qu’Israël s’était fixé pour objectif de parvenir à des émissions nettes nulles d’ici 2050. Un plan élaboré par le ministère israélien de l’Énergie promet qu’à partir de 2030, Israël interdira complètement l’importation de véhicules à essence et diesel, et l’importation de voitures sera limitée aux véhicules électriques ou au gaz naturel.

Récemment, le véhicule électrique T03 de la société chinoise Leapmotor a fait d’Israël sa première destination d’exportation, s’ajoutant ainsi aux véhicules électriques chinois circulant dans les rues israéliennes.

« La Chine reste le premier acteur mondial de l’industrie des batteries », indique un rapport publié par l’Institut d’études de sécurité nationale d’Israël, notant que les « technologies révolutionnaires de la Chine en matière de charge rapide et d’amélioration de la densité énergétique pourraient apporter une contribution importante » à l’industrie.

Source :  People & Israël Valley

 

Partager :