Partager :

L’ancien conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner, a déploré que l’administration Biden n’ait pas réussi à convaincre d’autres pays de rejoindre les accords d’Abraham qu’il a aidé à négocier en 2020.

« Je pense que la plus grande déception jusqu’à présent est que davantage de pays n’y ont pas été amenés », a exprimé Jared Kushner lors d’un événement à Washington marquant le deuxième anniversaire des accords, organisé par son Institut de paix des accords d’Abraham.

Jared Kushner a révélé ensuite qu’avant de quitter son poste qu’il avait au moins six discussions actives en cours » avec d’autres pays candidats aux accords d’Abraham. À ce moment-là, les États-Unis avaient négocié des accords de normalisation entre Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc.

« Je pense qu’il y a encore beaucoup de choses à construire. Mais j’espère vraiment que l’administration actuelle se concentrera sur cela et travaillera dans ce sens, car une fois que tout le conflit israélo-arabe sera terminé, je pense que vous aurez une ère de prospérité et de paix dans cette région qui durera très, très longtemps », a affirmé M. Kushner.

Les responsables de Joe Biden ont adhéré à l’initiative de Donald Trump, mais ont également exprimé leur malaise face à certaines des méthodes utilisées par l’administration précédente pour négocier les accords, à savoir la vente d’avions de combat F-35 aux EAU et la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur la région contestée du Sahara occidental.

Ils se sont néanmoins efforcés de renforcer les accords de normalisation existants, en organisant des forums multilatéraux avec les membres des accords d’Abraham et en les élargissant pour inclure également les alliés des États-Unis.

M. Biden a également réussi à convaincre l’Arabie saoudite d’ouvrir son espace aérien à davantage de vols à destination et en provenance d’Israël, une mesure dont Washington et Jérusalem espèrent qu’elle rapprochera Riyad de la normalisation des liens avec l’État juif.  L’Arabie saoudite a rejeté l’idée que cette mesure soit un précurseur d’une quelconque normalisation.

SOURCES I24NEWS. COPYRIGHTS.
Partager :