Partager :
Les téléspectateurs français et européens le retrouveront dans le concours de danse de TF1 à la rentrée. Né en Israël de parents togolais il y a 24 ans, Stéphane Legar s’est taillé une place à part dans le paysage musical local. Il arrive en France bien décidé à conquérir le public avec sa musique aussi multiculturelle que lui.

Comme Lorie, il a « la positive attitude ». Un optimisme à toutes épreuves auquel il attribue une partie son succès. Le chanteur Stéphane Legar affiche son large sourire dans la vidéo officialisant sa participation à la saison 12 de « Danse avec les stars ». « Beaucoup d’entre vous ont écouté ma musique, ont vu mes clips (…). J’ai hâte d’arriver en France et de tuer le show. Let’s get it ! », lance-t-il face caméra en reprenant le gimmick qu’il a fait sien en chanson.

Sur TikTok, ils sont plus de 1,5 million à le suivre. Sur YouTube, ses vidéos ont été vues plus de 210 millions de fois. Mais en France, son nom reste relativement confidentiel pour le moment. Sa popularité monstre sur les réseaux sociaux est née à plus de 4000 km de l’Hexagone il y a six ans. Né en Israël de parents togolais en 1998, Stéphane Legar cultive sa passion pour la danse à l’adolescence. À 14 ans, il apprend seul en regardant Internet. À 15 ans, il débute dans le mannequinat. À 18 ans , il poste en ligne sa propre chorégraphie baptisée « Step Fun » – un jeu de mots sur son prénom.

Un défi danse a fait de lui une star dans son pays natal.

« Je voulais faire danser les gens sur Instagram. Tous les défis de danse se font sur des chansons célèbres. Je me suis dit : ‘Pourquoi est-ce que je ne créerai pas une chanson moi-même ?’ », raconte-t-il au quotidien Haaretz. Le clip de 90 secondes a suffi à faire de lui une star dans son pays natal. De son vrai nom Stéphane Gagba, il se fait appeler Legar (prononcez le r) comme « le garçon ». Il enchaîne les singles mêlant un flow afro à des rythmes orientaux, comme « Maman » ou « Vida Locaa. En français, en anglais ou en hébreu, il raconte son parcours pas comme les autres en musique.

Lors de son service militaire obligatoire, il donne ses interviews en uniforme. Il n’a pas pas peur de parler politique, même dans ses chansons. « Israël est magnifique mais un peu problématique », chante-t-il dans « Comme ci, comme ça », tube de l’été 2018 en Israël. Stéphane Legar a fait parler de lui en France au printemps, au moment de la sortie de Sonic 2. Titre phrase de la bande originale du film, son morceau « Speed Life » lui a permis d’être invité de l’émission « La Chanson de l’année » sur TF1. Sera-t-il aussi rapide sur le parquet de « Danse avec les stars » que le célèbre hérisson bleu au cinéma ?


Delphine DE FREITAS.
SOURCE ET COPYRIGHTS. tf1info.fr

 

Partager :